BFM Business

L'Allemagne va voter un salaire minimum plein d'exceptions

La ministre allemande du Travail, Andrea Nahles, pose devant une affiche annonçant l'arrivée du salaire minimum

La ministre allemande du Travail, Andrea Nahles, pose devant une affiche annonçant l'arrivée du salaire minimum - -

Le Bundestag devrait adopter ce jeudi 3 juillet un salaire minimum à 8,50 euros bruts de l'heure. Mais cette mesure phare du nouveau gouvernement Merkel. Mais, sera émaillée de nombreuses dérogations.

L'Allemagne s'apprête enfin à adopter un salaire minimum qui risque bien de ne contenter personne. Le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, doit examiner et adopter ce jeudi 3 juillet cette mesure phare dont le SPD (socialistes) avait fait une condition nécessaire à sa participation au nouveau gouvernement d'Angela Merkel.

Une fois adopté par le Bundestag, le projet de loi instaurant ce salaire minimum à 8,50 euros bruts de l'heure devra encore être approuvé par la chambre haute, le Bundesrat, mais où son adoption ne fait aucun doute. Ce salaire minimum doit entrer en vigueur le 1er janvier 2015.

Avant son passage devant le Parlement, la mesure a connu plusieurs aménagements qui rallongent la liste d'exception. A l'origine seuls les stagiaires effectuant des séjours en entreprises de courte durée, c'est-à-dire moins de trois mois, les moins de 18 ans, les apprentis, ainsi que les chômeurs de longue durée (plus d'un an) devaient échapper à cette mesure.

De plus, une période de transition était prévue pour les secteurs bénéficiant d'un accord salarial négocié par les partenaires sociaux. Pour ces métiers, la mesure n'entrera en vigueur qu'au 1er janvier 2017, soit deux ans plus tard. Sont concernés les taxis et les coiffeurs.

Salaire "gruyère"

Mais dans la perspective du vote de ce jeudi, la ministre du Travail SPD, Andrea Nahles, a concédé plusieurs autres aménagements. Ainsi les agriculteurs ont obtenu que le gîte et le couvert soient déduits de la paie des saisonniers dans le calcul du salaire minimum. Les livreurs de journaux, eux, pourront percevoir 25% de moins que le smic et 15% de moins en 2016 avant de rentrer dans le rang en 2017.

Au final, selon le SPD, ce salaire minimum permettra de gonfler la paie de 4 millions de personnes au 1er janvier 2015 et d'1 million de plus en 2017.

La série de dérogations que compte désormais la mesure a provoqué la colère des Verts allemands qui parlent désormais d'un salaire minimum "gruyère". A l'opposé, certains membres de la CDU, le parti de centre droit auquel appartient Angela Merkel, considère que cette mesure nuit à la compétitivité allemande. Il rejoigne le patronat, qui n'avait eu de cesse de tirer la sonnette d'alarme sur ce point.

"A court terme, le salaire minimum stimulera davantage l'économie, mais à long terme, cela pourrait devenir un problème pour la compétitivité internationale", considère pour sa part Carsten Brzeski chef économiste chez ING.

Julien Marion avec agences