BFM Business

L'Allemagne approuve son 1er budget à l'équilibre depuis 1969

En 2015, l'Allemagne devrait encore faire la course économique européenne en tête.

En 2015, l'Allemagne devrait encore faire la course économique européenne en tête. - -

Le budget 2015 présenté ce mercredi 2 juillet en conseil des ministres à Berlin ne prévoit aucun déficit pour la première fois depuis 46 ans. De quoi faire saliver les autres Européens.

L'Allemagne devrait garder encore l'année prochaine le titre de meilleur élève de la zone euro. Le conseil des ministres a approuvé, ce mercredi 2 juillet, son premier budget à l'équilibre depuis 1969. Cela veut dire que pour la première fois depuis 46 ans, les finances publiques allemandes ne connaîtront pas de déficit en 2015.

C'est le seul pays de l'Union européenne qui peut se targuer d'un tel objectif. Pour rappel, en 2013, les budgets des Etats membres de l'Union européenne ont présenté un déficit de 3% en moyenne. Seul le Luxembourg pourrait s'approcher de ce résultat exemplaire puisque son budget n'a été déficitaire que de 0,1% en 2013, selon les chiffres de l'Observatoire de BFM Business.

2.000 milliards d'euros de dette

Pour autant, le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, ne croit pas que ce budget fasse de l'Allemagne un modèle pour les partenaires européens de Berlin. "Nous ne faisons que suivre les règles, ce serait grave si on était un exemple en Europe rien qu'en suivant les règles", a-t-il relativisé.

Dès l'année prochaine, la dette allemande, dont le montant s'élève à 2.000 milliards d'euros (78% du PIB en 2013) cessera donc de s'alourdir. D'ailleurs, selon la planification budgétaire présentée en même temps que le projet de budget, l'équilibre devrait se maintenir jusqu'en 2018. Quand bien même le volume du budget fédéral doit augmenter de 299,5 milliards d'euros en 2015 à 329,3 milliards d'euros en 2018.

Le marché du travail, une économie saine et des taux d'intérêt très faibles qui allègent le coût de la dette ont permis ce tour de force. Wolfgang Schäuble veut ramener cette dernière sous les 70% d'ici 2017, et sous les 60%, plafond fixé par le pacte de stabilité européen, dans dix ans.

N.G.