BFM Business

Innovation, progrès sociaux, climat… La France est de plus en plus compétitive

Le cabinet Eight Advisory vient de publier son nouveau rapport consacré à la compétitivité de 140 pays et dans lequel il analyse, pour la première fois, les positionnements des 25 plus grandes économies mondiales. De ce document, il ressort que la France montre "des signes d’amélioration significatifs".

Il se concentre habituellement sur la France. Mais cette fois, le cabinet de conseil financier Eight Advisory a pris le parti - dans l'édition 2019 de son rapport - d'élargir son spectre d'analyses pour observer à la loupe la compétitivité des 25 plus grandes économies mondiales.

Une compétitivité mesurée à partir de leur PIB (de 2018) respectif, mais également au regard de "leur positionnement dans 38 classements internationaux de référence, réalisés et publiés par différents organismes ou institutions renommés", souligne le document. Objectif affiché: "mettre en perspective" les atouts, mais également "les principaux défis de chaque pays dans les années à venir, à travers un ensemble de facteurs économiques, politiques, sociaux et environnementaux" afin d'adresser "aux dirigeants d’entreprises, aux investisseurs et aux gouvernements une évaluation détaillée de la compétitivité des nations".

Environnement et innovation, les deux points forts tricolores

La bonne nouvelle, c'est que malgré les tensions sociales qu'a connues la France à la fin de l'année dernière, elle a malgré tout montré "des signes d’amélioration significatifs se traduisant notamment par de meilleures positions dans plusieurs classements en relation avec l’environnement des entreprises et l’innovation, mais aussi par des marqueurs probants de progrès sociaux avec une diminution concrète de certaines inégalités (…) La France a également pris un rôle de leader mondial dans la lutte contre le changement climatique, pointe l'étude.

Résultat sur 140 pays, la France se hisse parmi les Etats les plus compétitifs sur le volet des "abonnements au réseau Internet" (2e position), mais également sur la "qualité" de ses instituts de recherche (3e position), ou bien encore en matière de "publications scientifiques" (5e position). Du côté des déconvenues, la France n'est autre que la toute dernière du classement pour ce qui relève du "taux d'imposition du travail" (140e sur 140). Elle n'en mène pas forcément beaucoup plus large pour tout ce qui a trait aux "pratiques d'embauche et de licenciement" (130e position), ou bien pour ce qui est des "risques d'attaque terroriste" (120e position). Malgré cela, les auteurs du rapport estiment que la France va mieux. Aussi parce qu'elle a "pris un rôle de leader mondial dans la lutte contre le changement climatique. (…) Elle demeure également bien classée en matière de santé. (…)".

Image de marque

Au global, la France a donc progressé en matière de compétitivité dans différents domaines. Et cela, elle le doit notamment à des actions déployées pour améliorer son image à l'international et "construire un environnement plus favorable pour les entreprises et les investisseurs", précise l'étude. En outre, ce qui fait la force de la France aujourd'hui, c'est également "la qualité de ses infrastructures" ainsi que la "productivité de ses salariés, points forts généralement identifiés par les investisseurs étrangers. Sans compter que sur la scène internationale, elle peut visiblement se targuer de bénéficier d'un "rayonnement exceptionnel". Le magazine US News & World Report estimant qu'elle incarne aujourd'hui le 2ème pays disposant de la plus forte influence culturelle au monde.

Peut (encore) mieux faire

Reste que de l'avis des auteurs de cette étude, la France – bien que disposant de solides atouts comme ses entreprises innovantes ou ses écoles de commerce unanimement reconnues – "n’est pas parvenue jusqu’à présent à exprimer ses pleins potentiels", relèvent-ils. Et de conclure: "Pour autant, la dynamique affichée par sa progression dans les différents classements présentés est positive et n’avait pas été observée depuis de nombreuses années. Un long chemin reste à parcourir, mais les tendances actuelles tendent à prouver que les réformes menées ces dernières années en France lui permettent de faire un pas de plus vers une compétitivité accrue".

Julie Cohen-Heurton