BFM Business

Immobilier : le nombre de PTZ au plus bas depuis trois ans !

-

- - AFP

Le nombre de prêts à taux zéro accordés l'an dernier n'avait jamais été aussi faible depuis trois ans. 36.000 PTZ de moins enregistrés en 2018 d'après le bilan de la SGFGAS (Société de Gestion des Financements et de la Garantie de l'accession Sociale à la propriété) publié hier.

En recalibrant le prêt à taux zéro, le gouvernement a fait fondre le volume de ces prêts accordés l'an dernier. Un peu plus de 87.000 PTZ enregistrés par la SGFGAS en 2018 contre 123.000 en 2017 soit 36.000 de moins en un an. Certes le nombre de prêts à taux zéro recule dans toutes les zones mais là où ça a été le plus spectaculaire c'est évidemment dans les zones détendues. Là où précisément l'exécutif a commencé à raboter le dispositif.

Près de 30.000 PTZ de moins dans les zones détendues

Les zones B2 et C où le gouvernement a décidé de diminuer la part de l'emprunt financé en PTZ sont celles où le volume a le plus baissé l'an dernier. Ici ce sont près de 30.000 prêts à taux zéro (28.000) de moins qui ont été comptabilisés, soit l'essentiel de ce qui a été perdu l'an dernier. Il faut remonter à 2015 pour constater un volume de PTZ aussi faible. Moins de 60.000 dispositifs avaient alors été accordés.

Un début d'année 2019 toujours compliqué

Quant aux perspectives pour cette année, elles ne sont guère meilleures. Chez le courtier Empruntis par exemple, le volume de demandes de prêts avec PTZ est en baisse de plus de 40% au premier trimestre par rapport à la même période l'an dernier. Et seuls 20% des primo-accédants ont bénéficié du dispositif depuis le début de l'année. Il faut dire que le recalibrage opéré en 2018 continue d'impacter la distribution de PTZ. Il y a aussi la suppression de l'APL accession, une autre aide à l'achat qui bénéficiait aux ménages modestes. Des ménages pour qui le seul PTZ ne suffit parfois plus à concrétiser leur projet.

L'impact de la hausse des prix

Et puis ils y a la hausse des prix. Preuve de son influence sur la distribution de PTZ : si le volume a baissé, le montant moyen des prêts à taux zéro continue lui d'augmenter. « Avec le recentrage, on a de plus en plus de PTZ en zones tendues donc, là où les prix sont les plus élevés », explique Cécile Roquelaure chez Empruntis. « D'ailleurs s'interroge-t-elle, en accentuant la demande dans les zones tendues, ne participe-t-on pas aussi du même coup à la hausse des prix ? ». 

2020, l'année de la chute ?

D'ici là, c'est essentiellement sur l'année prochaine que se portent toutes les interrogations. En 2020, le PTZ neuf doit totalement disparaître dans les zones détendues. Avec cette échéance on pourrait finalement constater un sursaut cette année. Cécile Roquelaure rappelle d'ailleurs qu'il ne reste plus qu'environ six mois pour mener à bien son projet dans le neuf en zone B2 et C. « La majorité des banques, rappelle-t-elle, stoppent la production de PTZ entre la mi-octobre et la mi-novembre pour avoir le temps de boucler les dossiers ». Une petite urgence quand même donc même si heureusement, un élément clé paraît un peu plus durable : les taux d'intérêt qui restent proches de leurs plus bas historiques.

Marie COEURDEROY