BFM Business

IG Metall, le syndicat allemand qui donne envie aux Français

IG Metall vient d'élire son nouveau numéro un

IG Metall vient d'élire son nouveau numéro un - -

IG Metall, premier syndicat allemand, a élu son nouveau patron ce lundi 25 novembre. Detlev Wetzel va prendre la tête de ce syndicat qui a su redresser la barre.

Alors que le Premier ministre français reçoit les partenaires sociaux, Angela Merkel s'est rendue ce matin, lundi 25 novembre, à Francfort, pour le congrès extraordinaire d'IG Metall.

Le syndicat le plus puissant d'Allemagne a élu son nouveau patron, l'ancien numéro 2, Detlev Wetzel. Ses missions : continuer à rajeunir et augmenter ses effectifs. 2,3 millions d'adhérents, des chiffres à faire pâlir d'envie les syndicats français. Le premier syndicat européen avait pourtant vu ses effectifs s'éroder depuis les années 90.

Mais il a su redresser la barre, en mettant davantage l'accent sur les services. Il a aussi séduit les intérimaires, dont il a fait des conditions de travail l'un de ses chevaux de bataille. Résultat : 18.000 nouveaux adhérents l'an dernier.

Menace de grève

Aujourd'hui, IG Metall défend aussi bien les salariés de la sidérurgie, que ceux de l'électronique, ou encore du textile. Il compte désormais se battre particulièrement contre les contrats de prestations de services abusifs, souvent utilisés, selon lui, pour "faire du dumping et aggraver les conditions de travail".

Le syndicat est toujours respecté du patronat avec lequel il a travaillé main dans la main pendant la crise de 2008 et 2009 pour limiter les pertes d'emplois. Un partenaire de négociations pragmatique donc, mais qui sait aussi brandir la menace de la grève.

"Nous manifestons peut être un peu moins bruyamment et un peu moins spectaculairement que dans d’autres pays mais nous atteignons nos buts", avait résumé par le passé le patron d'IG Metall, Berthold Huber.

Delphine Liou