BFM Business

Hollande conditionne de nouveau son avenir à une baisse du chômage

François Hollande rappelle l'importance des négociations en entreprise.

François Hollande rappelle l'importance des négociations en entreprise. - Stéphane de Sakutin - AFP

Le président français a réaffirmé qu'il ne serait pas candidat à un nouveau mandat s'il n'y avait "pas de baisse du chômage".

François Hollande a remis son avenir sur la table. Le président a réaffirmé sur France Inter qu'il ne serait pas candidat à un nouveau mandat s'il n'y avait "pas de baisse du chômage".

"Je me suis engagé personnellement. J'ai dit que je serais jugé sur cette question-là. Je ne me déroberai pas. Je n'ai de ce point de vue-là qu'une seule parole. J'ai été candidat pour que nous créions les conditions pour qu'il y ait une baisse du chômage et il doit y avoir une baisse du chômage. Et s'il n'y a pas de baisse du chômage, vous savez quelles conclusions j'en tirerai", a-t-il dit. Et d'après le président, le projet de réforme du droit du travail doit créer ces conditions favorables à une baisse du chômage.

"Plus de négociation collective"

Ce projet est très critiqué par les syndicats et une part de la gauche. Le chef de l'Etat leur répond que "les salariés français ne verront aucun de leurs droits remis en cause". Il rappelle que dans le nouveau code, le contrat de travail, la durée légale, le salaire minimum,… seront intégrés.

"Tout ce que je veux, c'est non pas remettre en cause des droits, les droits vont être respectés. Je veux qu'il y ait plus de négociation collective, je veux qu'il y ait plus de souplesse, plus de sécurité, plus de visibilité", a-t-il ajouté. Pour les entreprises où il n'y a pas de syndicats, il précise que les délégués seront aptes à négocier.

En matière de temps de travail et de rémunération des heures supplémentaires, "les règles de majoration par exemple ne seront pas modifiées mais les entreprises pourront faire des accords avec les syndicats pour adapter, faire en sorte que ces règles soient plus en phase avec les outils de production".

L'emploi "c'est le seul sujet", "il faut s'organiser pour être plus compétitif" et réformer le code du travail pour favoriser les embauches et permettre aux entreprises de négocier des accords pour s'adapter à la conjoncture, a-t-il souligné en affirmant qu'il "donn(ait) à la négociation collective la place qu'elle n'a jamais eue dans notre pays".

D. L.