BFM Business

Hamon : « On est obligé de baisser les taxes sur le carburant »

BFM Business

Le député PS européen Benoît Hamon estime que la seule solution est la baisse des taxes face à la flambée du pétrole.

Guillaume Cahour : Parlons du pétrole, avec les agriculteurs qui désormais commencent à s'agiter, à Dijon ou à Toulouse ce matin, est-ce que vous comprenez leur mouvement ?

Benoît Hamon : Oui, quand vous travaillez, que vous dépendez du pétrole et qu'au bout du compte le coût du pétrole est supérieur aux recettes attendues, on comprend que pour les agriculteurs, pour les routiers, pour toutes celles et ceux pour lesquels le prix du gazole est déterminant dans ce qui va être leur recette et leurs bénéfices, c'est évident. La question qui est posée aujourd'hui aux responsables politiques c'est à la fois comment permettre à ces professions qui vivent et qui dépendent beaucoup du pétrole de pouvoir accéder à un carburant à des prix raisonnables, et en même temps comment développer de manière massive les énergies alternatives.

Guillaume Cahour : Il y a certes le développement de nouvelles énergies, Luc Châtel nous disait qu'ils y travaillent, mais qu'est ce qu'on fait face à l'urgence ?

Benoît Hamon : Dans l'urgence il faut mobiliser l'État et en l'occurrence les ressources dont il dispose pour alléger le prix des matières premières, en tout cas le prix de l'essence à la pompe.

Guillaume Cahour : Donc en baissant les taxes ?

Benoît Hamon : On est obligé, il n'y a pas d'autres choix aujourd'hui que de faire ce geste là.

La rédaction-Bourdin & Co