BFM Business

Grèce: la TVA va baisser dans la restauration

Antonis Samaras, le premier ministre grec, marche sur des oeufs face à la grogne de la population excédée par les hausses d'impôts

Antonis Samaras, le premier ministre grec, marche sur des oeufs face à la grogne de la population excédée par les hausses d'impôts - -

Le gouvernement grec en difficulté face à la contestation grandissante de la population, a annoncé, mercredi 17 juillet, une baisse de la TVA sur la restauration. Elle passera de 23 à 13% au 1er août.

Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, a mis la TVA dans la balance, un argument de poids dans un contexte politique agité. Le gouvernement d'Athènes a, en effet, annoncé, mercredi 17 juillet, une baisse de la TVA sur le secteur de la restauration à compter du 1er août.

Cette mesure négociée avec la troïka, pourrait apaiser les tensions sociales et permettre de convaincre les députés hésitants, avant l'examen du projet de loi contreversé sur la fiscalité et la réorganisation de la fonction publique.

En effet, le texte prévoit le redéploiement de milliers de fonctionnaires qui est une condition sin qua none pour le versement d'une nouvelle tranche d'aide au pays de 6,8 milliards d'euros.

Une baisse censée tester la fiabilité des grecs

Néanmoins, le Premier ministre a posé des conditions: le passage de 23% à 13% de la TVA sur la restauration vise à lutter contre l'évasion fiscale, un mal chronique dans l'économie hellénique.

Si la mesure à l'instar de la France ne remplit pas son objectif, en clair, si la fraude persiste, la taxe reviendra à son niveau initial. En revanche, si l'expérience est couronnée de succès, le chef du gouvernement n'exclut pas qu'elle puisse être suivie d'autres baisses d'impôts.

Le gouvernement grec s'essaie à la politique de la carotte et du bâton, en espérant qu'elle puisse remplir un double objectif : apaiser les tensions avec le peuple et rassurer la Troïka sur la rigueur des réformes.

Alexandra Paget et BFMbusiness.com