BFM Business

Grèce: l'opération de crowdfunding atteint le million

L'opération citoyenne de financement de la Grèce a atteint le million d'euros.

L'opération citoyenne de financement de la Grèce a atteint le million d'euros. - Capture d'écran Indiegogo

L'opération de financement participatif pour aider la Grèce à payer son échéance d'1,6 milliard d'euros a atteint le million en trois jours ce mercredi en fin de journée. Une belle performance, qui représente toutefois moins d'un millième de la somme dont la Grèce avait besoin mardi...

Les citoyens européens sont prêts à donner 1 million à la Grèce. La campagne de financement participatif lancée mardi par un jeune britannique pour aider la Grèce à trouver des fonds a atteint les 1 millions d'euros en fin d'après-midi ce mercredi. Un bel élan de solidarité, certes, mais qui représente moins d'un millième de la somme dont avait besoin la Grèce... hier. Le pays devait régler une échéance de 1,6 milliard d'euros au Fonds monétaire international, qu'il n'est pas parvenu à honorer. Athènes a demandé un délai au FMI, qui ne s'est pas encore prononcé sur la question ce mercredi, mais a indiqué que les délais "n'aident pas" les pays en difficulté. 

Un peu plus tôt sur son compte Twitter, Thom Feeney, le jeune vendeur de chaussure de luxe à l'origine de l'opération, postait un graphique montrant d'où venaient les contributions. Les Allemands sont largement en tête, suivis par les Britanniques, en très forte proportion. Un comble quand on sait à quel point les dirigeants de ces pays sont partisans d'une ligne dure vis-à-vis d'Athènes. 

Thom Feeney, qui a lancé l'opération, nie vouloir se faire une quelconque publicité via cette opération. Il se dit simplement fatigué de "voir les hommes politiques tourner en rond et s'exténuer à trouver une solution pour la Grèce".

"Je pense qu'il faut juste se lancer là-dedans et résoudre ce problème. Je pense que le peuple d'Europe peut résoudre cela plus rapidement que les dirigeants. La somme dont nous avons besoin c'est de 3 euros 19 par citoyen européen, donc c'est un petit montant", a-t-il ajouté sur BFM Business.

"L'idée aussi c'est de montrer que les gens au Royaume-Uni et en Europe, que ce soit en France, ou en Allemagne, sont préoccupés par la Grèce, peut-être même plus que les hommes politiques" !

N.G.