BFM Business

Grande-Bretagne: le Boxing day de la reprise économique

La Grande-Bretagne va mieux, mais elle n'abandonne pas la rigueur pour autant.

La Grande-Bretagne va mieux, mais elle n'abandonne pas la rigueur pour autant. - -

L'économie britannique va mieux mais l'Etat reste au régime. En dépit d'une hausse spectaculaire des prévisions de croissance pour 2013 et 2014, Londres maintient ses réformes structurelles et la rigueur.

C'est le Boxing day ce 26 décembre en Angleterre, le début des soldes, dès le lendemain de Noël. Une journée qui devrait attester du redressement britannique, alors que la consommation des ménages a connu une forte hausse, de 0,8%, au troisième trimestre 2013.

L'économie de la Grande Bretagne a connu un rebond spectaculaire cette année. Alors que la croissance a été nulle en 2012, elle devrait être, selon le gouvernement, de 1,4% cette année avant d'accélérer à 2,4% l'année prochaine. Et pourtant, le premier ministre David Cameron a réussi à maintenir sa politique d'austérité pour réduire le déficit du pays.

Politique monétaire ultra-accommodante

Le plan de réduction des déficits, les coupes budgétaires drastiques dans les ministères, la baisse des prestations sociales, et le recul de l'âge de départ à la retraite, sont toujours au programme. D'ici 2040 outre-Manche, les citoyens devront attendre 69 ans pour toucher la retraite d'Etat, contre 65 ans aujourd'hui.

La Banque d'Angleterre continue également de soutenir l'économie via sa politique monétaire ultra-accommodante. Son taux directeur reste proche de zéro, et un programme d'injections de liquidités est appliqué. L'institution sait aussi se montrer rassurante: sa politique sera maintenue tant que le chômage ne passera pas sous les 7%.

Le gouvernement prend par ailleurs soin des entreprises via un plan qui prévoit notamment une baisse de l'impôt sur les sociétés, qui passera progressivement de 23 à 20% d'ici deux ans. Autre mesure: des réductions de charges sociales pour l'emploi des jeunes. Et la mise en place d'une banque publique, pour aider les PME à obtenir des crédits.

Dorothée Balsan