BFM Business

Fraude fiscale: Christian Eckert espère récupérer "2 à 5 milliards par an"

Christian Eckert, le rapporteuir du Budget à l'Assemblée, était l'invité de BFM Business, mercredi 22 mai.

Christian Eckert, le rapporteuir du Budget à l'Assemblée, était l'invité de BFM Business, mercredi 22 mai. - -

Le rapporteur (PS) du Budget à l'Assemblée nationale était l'invité de BFM Business, mercredi 22 mai. Il est revenu sur les déclarations de Pierre Moscovici dans Le Monde, concernant la possible mise en examen de Christine Lagarde. Mais aussi sur la fraude fiscale, sur laquelle il a exprimé une opinion bien tranchée.

A la veille de l’audition de Christine Lagarde par la Cour de justice de la République (CJR), concernant l’arbitrage rendu en 2008 en faveur de Bernard Tapie, les déclarations de Pierre Moscovici en ont étonné certains.

Au quotidien Le Monde, le ministre de l’Economie et des Finances a en effet déclaré que Bercy se porterait partie civile si une atteinte aux intérêts de l’Etat était avérée.

Ce qui ne surprend pas outre-mesure Christian Eckert, le rapporteur (PS) du Budget à l’Assemblée. Invité du Grand Journal de BFM Business, mercredi 22 mai, le député estime que "Pierre Moscovici n’a pas pris sa décision seul. C’est une décision sur laquelle on travaille depuis plusieurs semaines."

Car, selon lui, "il y a cette procédure devant la Cour de justice de la République, mais il y en a d’autres, devant d’autres juridictions. Se porter ou pas demandeur de l’annulation de la sentence pour le CDR (le consortium qui a récupérer la "bad bank" du Crédit lyonnais, Ndlr), c’est une décision que l’on travaille également depuis un moment.

Christian Eckert "défavorable" au retour de la cellule de régularisation fiscale

Christian Eckert a ensuite abordé un sujet d’actualité brûlant, à savoir la lutte contre la fraude fiscale. Tout en tempérant les effets possibles du rapatriement des fonds français placés à l’étranger.

"Actuellement, on récupère entre 16 et 18 milliards d’euros par an de redressements fiscaux -deux milliards en plus cette année par rapport à l’année dernière", a-t-il indiqué. "Si on récupérait quelques milliards supplémentaires ce serait déjà bien. Je ne m’attends pas à ce qu’on récupère soudainement des dizaines de milliards !"

"Je suis d’ailleurs parfois un peu dubitatif sur les chiffres qui sont cités. Deux milliards de plus tous les ans, c’est bien, cinq milliards ce serait merveilleux".

Au contraire de Yann Galut, rapporteur du projet de loi de lutte contre la fraude fiscale, Christian Eckert s’est prononcé contre un retour de la cellule de régularisation fiscale. "Je n’y suis pas favorable, et le gouvernement non plus", a-t-il affirmé.

Car "la cellule de dégrisement, cela donne un peu l’idée de négociation, de remise ou d’échange d’informations contre l’absence de poursuite. Ce n’est pas l’esprit du gouvernement. Il faut faire appliquer les textes et les lois existantes", estime-t-il.

Pour lui, "il ne s’agit pas de faire des espèces de passe-droits qui frisent parfois l’amnistie. Les pénalités doivent s’appliquer, et les poursuites pénales doivent également s’appliquer lorsque les faits sont assez graves pour dépasser le stade de la Commission des infractions fiscales (Cif)."

Y. D.