BFM Business

François Hollande a réussi "à restaurer son image de taulier de la France"

Jean-Marc Lech estime que le Président de la République a su convaincre de son autorité mardi

Jean-Marc Lech estime que le Président de la République a su convaincre de son autorité mardi - -

Pour Jean-Marc Lech, co-président d’Ipsos, invité sur BFM Business, François Hollande n’a pas manqué son grand rendez-vous médiatique, avec sa conférence de presse de mardi. Il estime que le président de la République place ses pièces pour un second mandat à l’Elysée.

François Hollande a –t-il réussi sa grande opération de communication lors de son impressionnante conférence de presse (400 journalistes), mardi 13 novembre? Pour Jean-Marc Lech co-président de l’institut de sondage Ipsos et invité de l’émission le 20h30 de BFM Business deux heures après la fin de la conférence de presse, en tout cas, "il ne s’est pas loupé".

"Il avait besoin de restaurer son image personnelle de taulier de la France. Ce qu’il a fait, notamment en utilisant le "je" dans son discours", observe-t-il. Par ailleurs, "On a vu du Hollande pur sucre", fait-il remarquer. "François Hollande a donné un carton rouge aux 10 années qui l’ont précédé et un carton vert aux cinq années qui viennent, lors de son mandat, pour être réélu en 2017".

Jean-Marc Lech pense clairement que le président de la République définit son agenda politique de sorte à favoriser au maximum sa réélection, et ce dès maintenant. Il parle ainsi de 2014 comme de l’année des "midterms" (élections de mi-mandat aux Etats-Unis) pour François Hollande, avec les municipales.

"Il veut gagner ces élections pour savoir s’il a une chance d’être réélu en 2017. Il a ainsi expliqué qu’il ne ferait rien en 2013 mais attendrait 2014 pour prendre des mesures. C’est en raison de cette échéance électorale", estime Jean-Marc Lech. Le co-président d’Ipsos ajoute très clairement que François Hollande "est un tacticien hors pair. Il n’a pas de vision pour la France, il a comportement tactique pour remporter une deuxième élection présidentielle".

"Si on refait le match Sarkozy-Hollande, Sarkozy ne gagne pas"

En bon sondeur, Jean-Marc Lech a, au passage, livré son analyse sur la cote de popularité, actuellement en berne, du président de la République. Il observe ainsi que François Hollande ne baisse pas dans son propre camp, mais uniquement à droite, ce qu’il juge cohérent. Il considère ainsi que sa popularité est "à son niveau électoral" et assène une phrase très claire : "Si on refait aujourd’hui le match Sarkozy-Hollande, Sarkozy ne gagne pas!".

Enfin, hier le Président de la République avait dit ne pas commander de sondage, se basant sur ceux repris dans les médias. Il avait ironiquement remercié à ce titre les journaux qui permettait à l’ "Etat de faire des économies et de l’aider à maintenir ses objectifs budgétaires".

Du bluff pour Jean-Marc Lech : "Imaginez qu’un président de la république ne soit informé uniquement avec les journaux ? C’est une absurdité Hollande a dit qu’il ne voulait pas faire comme Sarkozy… Maintenant il commence à le faire".

BFMbusiness.com