BFM Business

Sondage BFMTV - Deux tiers des Français pensent que les mobilisations sociales vont s'amplifier

52% des Français donnent raison aux cheminots sur le droit de retrait

52% des Français donnent raison aux cheminots sur le droit de retrait - Thomas SAMSON / AFP

Selon notre enquête Elabe publiée ce mercredi, 66% des Français considèrent que les mobilisations sociales vont s'amplifier dans les semaines à venir. Pour les mener, 53% d'entre eux disent faire confiance aux syndicats. Également interrogés sur le récent conflit social à la SNCF, plus d'un sondé sur deux dit donner raison aux cheminots ayant exercé leur droit de retrait le week-end dernier.

Réforme des retraites, SNCF... Les mobilisations sociales se sont multipliées ces dernières semaines en France. Et dans un contexte social tendu, deux tiers des Français (66%) s'attendent à ce qu'elles s'amplifient davantage à l'avenir, selon un sondage "L'Opinion en direct" réalisé par Elabe pour BFMTV. À l'inverse ils sont 28% à penser qu'elles "vont rester les mêmes" et 5% à croire qu'elles vont "se réduire". 

Pour mener ces mobilisations et défendre les salariés, 53% des sondés disent faire confiance aux syndicats (46% déclarent l'inverse). Les jeunes (68% des 18-24 ans) sont plus nombreux que les 65 ans et plus (43%) à exprimer ce sentiment. 

Reste que plus de la moitié des personnes interrogées (55%) estiment que l'action des syndicats de salariés n'est pas efficace tandis que 44% pensent le contraire. Ils sont enfin 51% à considérer que les organisations syndicales sont "plutôt un élément de blocage" pour la société française contre 48% à affirmer qu'ils sont "plutôt un élément de dialogue". 

Les Français divisés sur le droit de retrait des cheminots

Dernier conflit social en date: celui opposant la SNCF aux cheminots ayant exercé leur droit de retrait en réponse à une collision survenue mercredi dernier entre un TER et un convoi routier dans les Ardennes. Et les agents de la compagnie ferroviaire ont visiblement gagné la bataille de l'opinion. 52% des Français estiment en effet qu'ils ont eu raison de faire valoir leur droit de retrait. À l'inverse, 47% pensent qu'ils ont eu tort et 1% se disent sans opinion.

Dans le détail, près de six usagers du train sur dix (57%) légitiment le mouvement des cheminots alors qu'ils sont moins de la moitié parmi ceux qui n'utilisent jamais le train (46%). Les jeunes de 25-34 ans (60%), de 18-24 ans (57%) et les ouvriers (60%) sont les principaux soutiens des agents de la SNCF. Contrairement aux personnes âgées de 65 ans et plus qui sont minoritaires (43%) à soutenir la cessation de travail. 

Depuis plusieurs jours, les syndicats s'écharpent avec le gouvernement et la direction de la SNCF. Ces derniers ont jugé "illégal" le droit de retrait exercé par les cheminots, préférant parler de "grève sauvage". La compagnie ferroviaire a indiqué qu'elle opérera des retenues sur salaires pour les salariés ayant cessé le travail. 

Près de 8 Français sur 10 jugent nécessaire la présence d'un contrôleur dans les TER

Le conducteur du TER impliqué dans la collision de mercredi dernier dans les Ardennes était le seul agent de la SNCF à bord de train. Il a ainsi dû assurer seul la sécurité des passagers.

D'où la colère des syndicats qui réclament la présence systématique d'au moins un contrôleur dans chaque TER, même s'il est équipé d'un dispositif "équipement agent seul". Une revendication partagée par une large majorité de Français (78%). 21% estiment à l'inverse que cela n'est pas nécessaire. 

*Enquête réalisée selon la méthode des quotas les 22 et 23 octobre sur un échantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 

Paul Louis