BFM Business

Pourquoi certains produits alimentaires vont coûter plus cher le 1er février

Les prix de certains produits alimentaires vendus par la grande distribution augmenteront au 1er février, en conséquence de loi Alimentation. L'augmentation moyenne atteint 6,3% sur 24 produits concernés, selon une liste de prix d'un distributeur, diffusée par Le Parisien.

Mauvaise nouvelle pour le pouvoir d'achat des Français: le prix de certains produits alimentaires très courants vont augmenter après-demain. C'est la conséquence directe de la loi Alimentation, promulguée le 1er novembre 2018 et entrant en vigueur le 1er février 2019. À partir de cette date, cette nouvelle réglementation oblige la grande distribution à pratiquer des marges minimales sur certains produits alimentaires spécifiques tels les produits dits "d’appel", vendus à très faible marge, voire sans marge pour attirer le client.

Autrement dit, à partir du 1er février, certains produits alimentaires devront désormais être vendus en rayon avec une marge minimale de 10 % minimum. Un produit acheté en gros par le distributeur à 10 euros, devra donc être mis en vente au moins à un prix de 11 euros.

Une loi Alimentation favorable aux agriculteurs

En la contraignant à vendre plus cher certains produits, cette réglementation est censée procurer des facilités de trésorerie à la grande distribution pour lui permettre d'acheter plus cher les produits agricoles et donc mieux rémunérer les agriculteurs.

La grande distribution se prépare donc à changer les prix de certaines étiquettes à la hausse, ainsi que le montre la liste de 24 produits d'un distributeur (reste anonyme) auquel Le Parisien – Aujourd’hui en France a eu accès. Sur ces 24 produits star, la hausse moyenne est de 6,3 %.

+9,9% sur le litre de Ricard et +8,4% sur le pot de Nutella

"Les plus touchés seront les produits sur lesquels les marges étaient jusqu’à présent très faibles, du fait de la rude bataille commerciale entre les enseignes" explique le quotidien. Parmi les produits qui augmenteront le plus chez ce distributeur, figurent la bouteille d'un litre de pastis Ricard (+9,9%), le pot de Nutella de 750 g (8,4%), le camembert Président (+8,6%) et la boîte de céréales Chocapic pour le petit-déjeuner (9,3%).

"Il y aura 4% des produits qui vont augmenter beaucoup. Je le regrette, j'aurais voulu que ce soit différemment (...) on essaie une chose, c'est qu'on ait encore une agriculture en France, pour arrêter d'acheter des produits qui viennent d'Amérique ou des pays de l'Est" a déclaré le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume, sur France Info mercredi matin.

Mais le problème vient surtout du fait que ce sont des produits alimentaires très courants que les consommateurs achètent fréquemment ou (presque) à chaque fois qu’ils font leurs courses...

Frédéric Bergé