BFM Business

Le climat des affaires en France s'améliore encore en juin, à un niveau plus vu depuis 2007

Le ministère de l'Economie et des Finances, à Paris.

Le ministère de l'Economie et des Finances, à Paris. - LOIC VENANCE / AFP

Selon un rapport de l'Insee, le climat des affaires s'améliore et dépasse "nettement" son niveau d'avant la crise sanitaire et se situant au plus haut depuis 2007.

Le climat des affaires en France a continué à s'améliorer au mois de juin, dépassant "nettement" son niveau d'avant la crise sanitaire et se situant au plus haut depuis la mi-2007, a rapporté jeudi l'Insee.

Cette amélioration tient aux "perspectives générales d'activité dans les services", secteur pour lequel le climat des affaires est au plus haut depuis septembre 2000, précise l'Institut national des statistiques.

Calculé à partir des opinions des chefs d'entreprise sur leur activité, l'indicateur qui synthétise le climat des affaires en France a gagné cinq points en juin, à 113, très au-dessus de sa moyenne de longue période qui est de 100, et de son niveau d'avant la crise du Covid-19 qui était de 105. En mai, cet indicateur était de 108.

Un tel niveau n'avait plus été observé depuis juin 2007. A l'époque, cet indicateur avait atteint un pic à 114,9. Le plus haut historique avait quant à lui été atteint en décembre 1999 à 118,6.

Difficultés d'approvisionnement en hausse

En juin, la progression du climat des affaires est tirée par celle des services, qui gagnent 6 points, avec en leur sein une hausse de 8 points pour le commerce de détail, tandis que l'industrie "est stable, après cinq mois de hausse continue", détaille l'Insee.

Et "dans le bâtiment, le solde d'opinion relatif à l'activité récente s'améliore nettement" mais "les difficultés d'approvisionnement sont jugées en hausse", toujours selon l'institut. Les prix de l'acier ont connu des fortes hausses tandis que le marché fait face à une pénurie de bois, notamment.

Enfin, le climat de l'emploi repasse au-dessus de sa moyenne de longue période et s'approche, à 104, de son niveau d'avant la crise sanitaire (105), les chefs d'entreprise anticipant une amélioration dans les trois prochains mois dans les services, hors agences d'intérim.

PS avec AFP