BFM Business
France

La vague Omicron fait légèrement reculer le climat des affaires en janvier

Les salaires des cadres en forte hausse en 2022.

Les salaires des cadres en forte hausse en 2022. - Pexels

L'indicateur perd deux points sur un mois mais reste encore largement au-dessus de sa moyenne de longue période.

Sans surprise, les restrictions mises en place pour contenir la vague Omicron ont pesé sur le climat des affaires. L'indicateur calculé par l'Insee qui s'appuie sur les réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité marchands perd deux points à 107 par rapport à décembre mais reste encore largement au-dessus de sa moyenne de longue période (100).

"Cette dégradation du climat des affaires tient principalement à la nouvelle détérioration des perspectives générales dans les services", explique le statisticien. L'indice perd deux points sur un mois à 105.

Dans le commerce de détail, le climat des affaires se tasse également (105 contre 107), surtout du fait de perspectives générales d’activité jugées moins favorables par les chefs d’entreprise.

Evolution du climat des affaires en France
Evolution du climat des affaires en France © Insee

Nouvelle amélioration dans l'industrie

Dans le commerce de gros, le climat des affaires est en légère baisse par rapport à novembre (113 contre 114). La baisse marquée des perspectives générales d’activité est en partie contrebalancée par l’augmentation du solde d’opinion sur les livraisons reçues de l’étranger.

Dans le bâtiment, le climat des affaires reste à un niveau élevé mais se dégrade quelque peu (113 contre 115), sous l’effet du repli des soldes d’opinion concernant l’activité récente et l’activité prévue. Les tensions sur l’appareil productif restent intenses.

Enfin, dans l’industrie, à l’inverse, le climat des affaires s’améliore un peu de nouveau (112 contre 110), porté par le rebond des soldes d’opinion sur les carnets de commandes et, dans une moindre mesure, par la hausse du solde sur la production passée. Les contraintes d’offre restent importantes mais les difficultés d’approvisionnement se détendent quelque peu.

De son côté, le climat de l’emploi est stable en janvier, à 110, soit bien au-dessus de sa moyenne de longue période (100). "L’augmentation du solde d’opinion relatif à l’évolution récente des effectifs dans l’intérim est en effet contrebalancée par le recul du solde relatif à l’évolution récente des effectifs dans les services hors agences d’intérim", peut-on lire.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business