BFM Business
France

France: les recettes de la publicité en ligne en hausse de 42% au premier semestre

La crise du covid a considérablement accéléré les investissements publicitaires en ligne grâce au succès des sites marchands.

Les recettes de la publicité sur internet ont atteint 3,8 milliards d'euros au premier semestre 2021 en France, selon l'Observatoire de l'e-pub présenté mardi, une croissance de 42% poussée notamment par l'essor du commerce en ligne.

Cette hausse intervient après une légère baisse l'an dernier sur la même période, de 4% selon les chiffres corrigés du cabinet Oliver Wyman, qui réalise cette étude pour le Syndicat des régies internet (SRI) et l'Union des entreprises de conseil et d'achat média (UDECAM).

"La crise Covid est une rupture, une accélération du digital", a déclaré Emmanuel Amiot, associé chez Olivier Wyman, lors d'une conférence de presse.

+25 à 30% prévus cette année

Le secteur a été dopé par le commerce en ligne, mais aussi par la reprise de certains secteurs comme l'automobile ou le tourisme, avec l'allègement des restrictions sanitaires, selon lui.

L'observatoire table sur une croissance annuelle de 25% à 30% en 2021, pour atteindre 7,7 à 8 milliards d'euros, contre 6 milliards en 2019, avant la crise sanitaire.

La période a contribué à renforcer des tendances fortes, comme la domination des grandes plateformes Google, Facebook et Amazon, qui captent 70% du marché de la publicité en ligne, notamment grâce aux "petits annonceurs", selon Emmanuel Amiot.

"Nous appelons à un rééquilibrage, qui désormais nous semble vital", a déclaré Sylvia Tassan Toffola, présidente du SRI.

Dans le détail, la publicité sur les réseaux sociaux (+58%) est celle qui a le plus fortement augmenté, alors qu'elle était déjà l'un des rares secteurs a avoir observé une croissance (+12%) au premier semestre 2020.

Impact des nouvelles règles

Elle est suivie par la publicité sur les moteurs de recherche (+43%) et les bannières et vidéos publicitaires (+43%).

Dans ce dernier secteur, la reprise est particulièrement marquée pour la publicité sur les sites de streaming vidéo et musical (+69,5%).

Pour les mois et années à venir, le secteur de la publicité numérique craint en revanche un impact des nouvelles réglementations de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), qui demande désormais un consentement explicite au recueil des données personnelles.

Les "cookies", ces traceurs de données personnelles qui permettent aux annonceurs de faire de la publicité personnalisée, doivent également être abandonnés par Google à la mi-2023. Les acteurs de la publicité en ligne cherchent donc désormais des solutions alternatives.

OC avec AFP