BFM Business

Ford Blanquefort: Le Maire prêt "aux solutions les plus originales" pour sauver l'usine

Invité de BFMTV et RMC, le ministre de l'Économie n'a pas exclu un rachat du site industriel par l'État, afin de le revendre au repreneur potentiel.

"La partie n'est pas finie". Par ces mots, Bruno Le Maire a une nouvelle fois tenté de rassurer les salariés de l'usine Ford à Blanquefort (Nouvelle-Aquitaine), alors que sa fermeture prochaine a été annoncée par le constructeur américain.

Invité de BFMTV et RMC, le ministre de l'Économie a d'ailleurs indiqué qu'il était prêt à avoir recours "aux solutions les plus originales, pour garantir qu’un site industriel qui est performant, qui a un repreneur de qualité, puisse survivre."

Il faisait référence à Punch, une entreprise belge dont le plan de reprise a récemment été approuvé par les salariés. Peut-on alors imaginer l'État racheter le site pour le revendre ensuite à Punch? "Pourquoi pas, je suis prêt à ce genre de solution", a affirmé Bruno Le Maire.

"Nous n’acceptons pas la fermeture, car il y a 850 emplois, que c’est un beau site industriel, que les employés ont fait des efforts exceptionnels pour répondre à l’offre de Punch. Ils ont accepté de travailler plus, de renoncer à des RTT", a-t-il enfin rappelé.

Y.D.