BFM Business

Fonctionnaires, 35h, travail du dimanche: les Français plébiscitent les idées de Macron

Sur de nombreux points, les Français estiment que les positions du ministre de l'Economie sont bonnes, selon un sondage Odoxa pour BFM Business, publiée ce jeudi 22 octobre.

Plus les sondages s'enchaînent, plus les Français semblent adhérer aux idées défendues par Emmanuel Macron. Selon le dernier en date, publié ce jeudi 22 octobre par Odoxa pour BFM Business, Aviva et Challenges, ils partagent ainsi les vues du ministre de l'Economie sur plusieurs dossiers polémiques.

Près de 7 personnes interrogées sur 10 (68%), sont d'accord avec l'idée de "faire évoluer le statut des fonctionnaires car il n'est plus adapté pour certaines missions", selon ce sondage.

Ils sont également 70% à approuver le fait qu'"il faut permettre aux entreprises de déroger aux 35h si les salariés sont d'accord".

L'ouverture des commerces 12 dimanches par an remporte l'adhésion de plus de 7 personnes interrogées sur 10 (71%).

Enfin, plus de la moitié des sondés (52%) estiment qu'"il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires".

L'adhésion de la gauche et de la droite

"Si le ministre de gauche réalise un véritable 'strike' auprès des sympathisants de droite sur tous ces points (65% à 81%), il recueille aussi l'adhésion d'une nette majorité de sympathisants de gauche sur les trois" premiers (56% à 64%), commente le président d'Odoxa, Gaël Sliman, dans un communiqué.

Les deux-tiers (66%) des personnes interrogées pensent toutefois qu'Emmanuel Macron est quelqu'un "qui lance de nouvelles idées mais finalement ne les met pas beaucoup en application".

Mais 43% d'entre elles estiment que le ministre ferait un bon président de la République, un niveau "tout à fait élevé", selon Gaël Sliman, et "aussi bon auprès des sympathisants de droite qu'auprès de ceux de gauche" (46% et 43% respectivement).

(*) Ce sondage a été réalisé auprès d'un échantillon représentatif de 1.001 personnes interrogées par Internet les 15 et 16 octobre, selon la méthode des quotas.

J.M. avec AFP