BFM Business

Villeroy de Galhau: "Si la dépense publique était la clé de la croissance, la France serait championne d'Europe"

François Villeroy de Galhau était l'invité de BFM Business ce jeudi

François Villeroy de Galhau était l'invité de BFM Business ce jeudi - BFM Business

Le gouverneur de la Banque de France était l'invité de BFM Business ce jeudi. Il a appelé à profiter du "moment favorable" que connaissent la France et l'Europe pour mener des réformes.

La Banque de France se montre désormais un peu plus optimiste pour la croissance. L'institution a en effet révisé à la hausse sa prévision pour l'Hexagone pour 2017, à 1,6% contre "au moins 1,4%" précédemment, imitant de fait l'Insee, qui a publié le même chiffre la semaine dernière.

"Cette révision tient au fait que le chiffre de la croissance au premier trimestre a été deux fois révisé à la hausse par l'Insee et donc nous l'intégrons mécaniquement", a précisé le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, invité de BFM Business ce jeudi.

"La France comme l'Europe connaissent un moment favorable, qui est issu d'une clarification politique à la suite de l'élection française mais aussi d'une embellie économique", a-t-il poursuivi.

"Les réformes marchent"

Néanmoins, François Villeroy de Galhau indique que "la prévision de croissance pour la zone euro est à 1,9%. Cela situe le retard français et le besoin de réformer la France qui est donc en amélioration mais reste en-dessous de la moyenne de la croissance en zone euro".

François Villeroy de Galhau appelle ainsi à "saisir ce moment favorable pour faire des réformes, pour être audacieux en s'inspirant des meilleurs exemples de nos voisins européens". Et sur ce point, le gouverneur de la Banque de France insiste bien: l'exemple à suivre n'est pas seulement l'Allemagne. "Les réformes marchent en Europe, elles ont marché en Espagne, aux Pays-Bas et dans de nombreux pays nordiques où la croissance et les créations d'emplois sont plus fortes que chez nous", a-t-il assuré, ajoutant que cela est "parfaitement compatible avec notre modèle social européen".

"Et pour le dire d'un mot, une France plus forte c'est une France qui retrouve le contrôle de la dépense publique, là il y a une véritable anomalie française, qui a davantage de talents humains et qui a moins de règles inefficaces", selon lui.

Des réformes urgentes

Revenant sur le sujet des finances publiques, le haut fonctionnaire a enfoncé le clou: "Si la dépense publique était la clé de la croissance française, la France serait avec l'Italie championne de la croissance en Europe. Au contraire elle est en-dessous de la moyenne".

D'où, encore une fois, la nécessité de mener des réformes. François Villeroy de Galhau en a listé trois prioritaires "à mener parallèlement". La première est celle de l'éducation et de la formation professionnelle. La deuxième, actuellement menée par le gouvernement, est la réforme du marché du travail.

La troisième est moins souvent évoquée. François Villeroy de Galhau appelle en effet à réformer "ce que les économistes appellent le marché des biens et services dont les rentes pénalisent encore la consommation et la croissance". Il a notamment cité comme secteurs le transport, la santé ou encore les professions paramédicales.

J.M.