BFM Business

Valérie Rabault candidate à la présidence de la commission des Finances de l'Assemblée

Valérie Rabault était devenue la première femme à devenir rapporteur du Budget

Valérie Rabault était devenue la première femme à devenir rapporteur du Budget - Éric Piermont - AFP

Selon les informations de BFM Business, la députée PS du Tarn-et-Garonne brigue ce poste d'importance. Cette ex-rapporteure de la commission des Finances, sera notamment opposée à Éric Woerth et Charles de Courson.

Après avoir été rapporteure de la commission des Finances, Valérie Rabault est candidate à la présidence de la plus importante commission de l'Assemblée, selon les informations de BFM Business.

La députée PS du Tarn et Garonne a ainsi été désignée par le groupe "Nouvelle gauche" (ex-PS) pour briguer ce poste.

Diplômée des Ponts et Chaussées et ancienne cadre chez Société Générale et BNP Paribas, Valérie Rabault était, lors de la précédente législature, devenue rapporteure de la commission des Finances en avril 2014 après que Christian Eckert a quitté les bancs de l'Assemblée nationale pour devenir secrétaire d'État au Budget. Elle était alors la première femme à accéder à ce poste.

Une question de parti d'opposition

Valérie Rabault sera ainsi opposée à l'ancien ministre du Budget Éric Woerth, qui a obtenu mercredi à une courte majorité la désignation par le groupe Les Républicains, face à l'ancien président de la commission, Gilles Carrez. De leur côté, le groupe LR dissident, appelé Les Constructifs (Les républicains, UDI, indépendants) a choisi de présenter le député UDI Charles de Courson.

Le poste de président de la commission des Finances de l'Assemblée doit revenir à un membre de l'opposition. Logiquement, un élu Les Républicains devrait ainsi l'obtenir. Mais le groupe "Nouvelle gauche" auquel appartient Valérie Rabault fait valoir que LR ne peut être considéré comme un parti d'opposition car les ministres à Bercy sont issus de ce parti. Dans la même logique, La France insoumise convoite aussi ce poste car elle se considère comme le seul parti d'opposition.

J.M.