BFM Business

Un demi-million d'euros, la facture très salée des vœux de la Métropole marseillaise

-

- - Arena Aix

Très critiquée par les maires des Bouches-du-Rhône pour son train de vie somptuaire, la nouvelle Métropole d'Aix-Marseille-Provence aurait dépensé 500.000 euros pour souhaiter la bonne année à 4000 de ses fonctionnaires.

C'est une facture qui a du mal à passer. Le 18 janvier dernier, la Métropole Aix-Marseille Provence -collectivité créée en 2016 et regroupant 92 communes des Bouches-du-Rhône- souhaitait la bonne année à 4000 de ses agents. Organisée à la salle flambant neuve de l'Arena à Aix-en-Provence, la petite sauterie aurait coûté très cher selon Le Monde.

"On me parle de 500.000 euros, une gabegie…", s'étrangle ainsi Maryse Joissains, la maire d'Aix-en-Provence qui n'a de cesse de dénoncer depuis des mois la gestion de ce qu'elle surnomme la "Nécropole". Un autre élu du département parle lui d'un "montant pharaonique". 

Selon les documents auxquels Le Monde a eu accès, la facture de la cérémonie s'élèverait bien au demi-million d'euros, entre la location de la salle de l'Arena durant trois jours (24.000 euros), la partie technique (144.000 euros), le cocktail pour les 4000 participants (72.000 euros), l'affrètement de 31 cars (16.000 euros) et la partie animation confiée au groupe HighCo et qui comprenait notamment un spectacle de mapping sur le sol de la salle et l'animation par la présentatrice télé Nathalie Simon (250.000 euros). Cela porte bien le total de l'événement à plus de 500.000 euros.

Du côté de la Métropole on avance une somme moindre de 232.000 euros mais sans tenir compte de la partie animation qui représenterait selon Le Monde le gros des dépenses. Sur ce point précis d'ailleurs, la collectivité ne donne aucun chiffre et se contente de noyer le poisson. 

"Les outils de communication entrent dans les marchés courants et ne peuvent être spécifiquement imputés à la cérémonie des vœux car ils ont un usage multiple", explique le service de presse de la collectivité au quotidien. 

Dans le collimateur de nombreux élus du département, la Métropole qui compte 7500 agents est en effet fréquemment pointée du doigt notamment pour son train de vie avec des dépenses de fonctionnement qui s'élèvent à 1,88 milliard d'euros pour le budget 2018.

"Des dépenses à contre-courant"

Et si cette dépense de 500.000 euros pour cette cérémonie est symbolique au regard du budget, certains élus estiment qu'elle envoie un mauvais message. "En ces temps où l’on parle quotidiennement de baisse des financements publics, [cette fête] me semble à contre-courant de ce que l’on demande aux territoires, témoigne le maire de la ville de Salon-de-Provence dans Le Monde. Ces vœux au personnel ne sont pas nécessairement une bonne idée. Et dans le climat délétère actuel à la métropole, ils le sont encore moins".

Échelon censé remplacer les intercommunalités, la Métropole pourrait en tout cas à terme prendre le relais des départements urbains. Cinq d'entre eux pourraient être supprimés d'ici à 2021. C'est en tout cas le souhait du président de la République qui l'a rappelé ce 29 janvier à l'Elysée au cours d'une réunion avec des parlementaires. Une fusion des métropoles et des départements qui concernerait notamment Lille et le Nord, Nice et les Alpes-Maritimes, Nantes et la Loire-Atlantique et Marseille et les Bouches-du-Rhône.

F.B.