BFM Business

Taxe à 75% : les clubs de foot se mettent en grève

Jean-Pierre Louvel (au centre, président de l'UCPF, et Frédéric Thiriez (à droite), préident de la Ligue de football professionnel, ce jeudi.

Jean-Pierre Louvel (au centre, président de l'UCPF, et Frédéric Thiriez (à droite), préident de la Ligue de football professionnel, ce jeudi. - -

Pour la première fois depuis 1972, les clubs de football profesionnels ont décidé de faire grève le dernier week-end de novembre, pour protester contre la taxe à 75%, votée vendredi par les députés.

Oui, le patronat peut se mettre en grève ! Les clubs de football professionnels français ont décidé jeudi à l'unanimité de se mettre en grève le dernier week-end de novembre pour protester contre la taxe à 75% sur les plus hautes rémunérations. « Nous sommes devant un mouvement historique, à l'unanimité, avec une vraie détermination pour sauver le foot, avec un week-end sans match à la fin du mois de novembre », a lancé Jean-Pierre Louvel, président de l'Union des clubs professionnels (UCPF), à l'issue d'une assemblée générale extraordinaire de son instance, jeudi à Paris. La dernière grève du foot français remonte à 1972. Avec ce mouvement, les clubs de 1re et 2e divisions veulent « confirmer leur opposition résolue au projet de taxe à 75% », a poursuivi le patron des clubs de foot pro.

« Soyons conscient du drame que vit le foot »

« Soyons conscients du drame que vit le foot, nous sommes le seul pays qui taxe des entreprises qui perdent de l'argent », a souligné Jean-Pierre Louvel. « Je souhaite que notre action fasse évoluer les politiques sur cette mesure ». La perte cumulée des deux divisions (1ere et 2 div) est de 108 millions d'euros en 2011/12 en cette période de crise, selon les chiffres du monde pro.
Les clubs demandent aux pouvoirs publics l'abandon du projet de taxe. Un rendez-vous entre les patrons du foot français et le président de la république François Hollande est prévu la semaine prochaine, sans doute jeudi. Un calendrier qui laisse encore le temps aux protagonistes pour tenter de sortir de la crise en douceur.

Les clubs de foot, des « entreprises comme les autres »

Le dialogue avec les pouvoirs publics s'annonce ardu. Matignon a ainsi affirmé jeudi qu'un club de football était traité, au regard de la taxe à 75%, « comme une entreprise comme une autre ». La réaction de l'opinion publique sera toute aussi compliquée, alors qu'un récent sondage montrait que 82% des Français avaient une mauvaise image des Bleus, trois ans après la fameuse grève de Knysna. Le Parti communiste français (PCF) a ainsi ouvert le feu, dénonçant un « lobbying scandaleux ».
Pour faire comprendre le message véhiculé par cette « journée blanche », les clubs pros vont « organiser des opérations avec tous les fans de football », a ajouté le président de l’UCPF. Une journée portes ouvertes dans les stades, où responsables et dirigeants recevront les supporters pour leur expliquer le mouvement.

Le titre de l'encadré ici

|||-> Taxe à 75% : comprenez-vous la grève du football français ?

Le titre de l'encadré ici

|||Plus d'infos sur BFMBusiness.com

Le titre de l'encadré ici

|||

Les députés ont voté vendredi dernier la nouvelle mouture de la taxe à 75% pour les très hautes rémunérations. La taxe fait partie du projet de budget 2014 devant ensuite être examiné au Sénat avant de revenir vers l'Assemblée nationale, qui aura le dernier mot. Cette « contribution exceptionnelle de solidarité » est assise sur la fraction de la rémunération supérieure à un million d'euros versée par les entreprises. Elle s'appliquera uniquement pendant deux ans, sur les rémunérations de 2013 et 2014. Les présidents de clubs enragent contre ce nouveau dispositif, qui représenterait une charge totale de 44 millions d'euros pour la L1. Une estimation basée sur les hauts revenus d'environ 120 joueurs des 14 clubs concernés, selon un argumentaire du foot pro que s'est procuré l'AFP.

Philippe Gril avec AFP