BFM Business

Taxe à 75%: Hollande et Fourneyron montent au créneau

François Hollande s'est exprimé en marge du sommet européen de Bruxelles, vendredi 25 octobre.

François Hollande s'est exprimé en marge du sommet européen de Bruxelles, vendredi 25 octobre. - -

En marge du sommet européen, ce vendredi 25 octobre, le président de la République a répété que la loi serait "la même pour toutes les entreprises, quelles qu'elles soient". Un peu plus tard, la ministre des Sports a appelé les clubs à être "responsables".

La grève décidée par les dirigeants du football professionnel ne semble pas perturber François Hollande outre mesure.

"Ils m'ont demandé rendez-vous par Noël Le Graët, le président de la fédération (française de football, ndlr), j'y ai fait droit, à cette demande, mais la loi doit être la même pour tous", a déclaré le chef de l'Etat, à l'issue du Conseil européen de Bruxelles.

Un rendez-vous est en effet prévu la semaine prochaine entre le chef de l'Etat et les dirigeants du football français, qui estiment que le projet de taxe à 75% menace directement la survie de nombreux clubs qui se trouvent déjà, disent-ils, au bord de l'asphyxie financière.

"La règle est la même"

"La loi fiscale n'est pas encore votée et lorsqu'elle sera votée, elle sera la même pour toutes les entreprises, quelles qu'elles soient", a martelé François Hollande.

"Ça n'empêche pas d'avoir un dialogue sur un certain nombre de difficultés que peuvent rencontrer des clubs professionnels mais chacun doit connaître la règle et la règle est la même je pense que les Français le comprennent", a-t-il ajouté.

"Personne ne comprendrait" que les clubs échappent à la taxe

Un peu plus tard dans la journée, Valérie Fourneyron a également mis en avant l'égalité devant la loi.

"Il y a une situation dans notre pays qui fait que, pour la première fois en 2014, on aura 15 milliards d'euros de dépenses publiques en moins. Des efforts sont faits par presque tous les Français. Donc, personne ne comprendrait qu'un certain nombre d'acteurs, d'entreprises qui peuvent verser des salaires supérieurs à 1 million d'euros, ne participent pas à cet effort collectif", a déclaré la ministre des Sports en marge des Internationaux de France de badminton à Paris-Coubertin.

"Aujourd'hui il y a une situation qui, je le souhaite, va se débloquer rapidement. En tous les cas, il me semble qu'on doit tous être dans une position qui doit être à la fois responsable et constructive", a-t-elle ajouté.

Y. D.