BFM Business

Selon Bernard Cazeneuve, il n'y aura pas de hausse d'impôts... en 2015

Bernard Cazeneuve a assuré que la réduction du déficit ne passerait pas par de nouvelles hausses d'impôts en 2015.

Bernard Cazeneuve a assuré que la réduction du déficit ne passerait pas par de nouvelles hausses d'impôts en 2015. - -

Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, l'a assuré ce jeudi 12 septembre: la réduction du déficit en 2015 ne passera que par des économies dans les dépenses publiques.

En ces temps de ras-le-bol fiscal, et après la présentation des grandes orientations budgétaires pour 2014, le gouvernement veut se montrer rassurant. C’est dans ce contexte que Bernard Cazeneuve a rappelé l’objectif de l’exécutif, à savoir stabiliser les impôts parallèlement à une réduction du déficit.

"Nous avons prévu en 2015 de faire - et c'est la trajectoire dans laquelle nous sommes engagés et dont témoigne le budget 2014, puisqu'il y a 15 milliards d'économies - un ajustement exclusivement par les économies sur la dépense", a indiqué le ministre du Budget à l’AFP, en marge d'une visite au centre des Finances publiques de Melun.

En réponse à la question "donc pas de hausses d'impôts ?", M. Cazeneuve a déclaré: "Voilà, notre objectif c'est celui-ci et nous commençons à y tendre en 2014".

Un déficit attendu de 4,1% pour 2013

Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, avait promis mercredi des économies de dépenses sans précédent de 15 milliards d'euros, qui devront assurer 80% de l'effort de réduction des déficits prévu dans le budget 2014.

Il avait parallèlement confirmé que le déficit public de la France dépasserait à la fin de l'année les prévisions. Alors que le gouvernement avait annoncé 3,7% du PIB pour 2013, le déficit attendu sera de 4,1% (après 4,8% du PIB en 2012).

Pour 2014, il sera de 3,6% du PIB, en conformité avec l'exigence de la Commission européenne, a assuré Pierre Moscovici. Le ministre a également maintenu l'objectif d'un retour sous le plafond européen des 3% du PIB fin 2015, comme réclamé également par Bruxelles.

Y. D. & AFP