BFM Business

Sécu: Touraine vise moins de 10 milliards d'euros de déficit pour 2016

En 2015, le déficit de la Sécurité sociale devrait se réduire légèrement, à 12,8 milliards d'euros. Mais pas de retour à l'équilibre dans l'immédiat.

Petite amélioration. Le déficit de la Sécurité sociale devrait se réduire légèrement en 2015, à 12,8 milliards d'euros, un chiffre en amélioration de 400 millions par rapport à 2014, selon le rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) consulté mercredi par l'AFP.

Ce chiffre a été implicitement confirmé par la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine sur Europe 1 ce jeudi matin.

Mais le retour à l'équilibre des comptes de la Sécu n'est pas "à espérer" avant 2020 ou 2021; indiquait le document. 

La branche retraite en excédent à partir de 2016

Dans le détail, le déficit du régime général (maladie, vieillesse, famille, accidents du travail) se maintiendrait sous la barre des 10 milliards, à 9 milliards d'euros. Le déficit global atteindrait 12,8 milliards avec le Fonds de solidarité vieillesse, selon ce rapport.

Le gouvernement dévoilera dans la foulée son projet de budget 2016 pour la Sécu. Marisol Touraine a déjà indiqué viser un déficit global "sous les 10 milliards d'euros".

Selon le rapport de la commission des comptes de la Sécu, l'assurance maladie verrait sa situation se dégrader de 900 millions d'euros par rapport à 2014, à 7,4 milliards. La faute à "une progression de ses dépenses (3,4%) plus rapide que celle de ses recettes (2,9%).

En revanche, le régime de la branche retraite va mieux, "après plus d'une décennie de déficit" et serait en excédent à compter de 2016, selon les prévisions du rapport. Marisol Touraine s'est réjouie de cette performance, soulignant qu'il s'agissait d'une première depuis 2004.

Ce déficit se réduirait ainsi en 2015 pour atteindre 0,6 milliard d'euros. Comment expliquer cette performance?

Grâce tout d'abord au passe de départ à la retraite de 60 à 62 ans. "Le fait de décaler l'âge de départ d'un an fait gagner environ 6 milliards d'euros au régime de retraite de la CNAV (caisse nationale assurance vieillesse). Donc le passage de 60 à 62 ans voté en 2010 fait gagner une bonne dizaine de milliards. Il y a donc une puissance phénoménale du décalage des bornes d'âges sur l'équilibre des comptes", détaille Emmanuel Grimaud, le président fondateur de Maximis Retraite.

A cela s'ajoute la faiblesse de l'inflation actuelle, qui aboutit à des revalorisations proches de zéro, ajoute la Commission des comptes.

D. L. avec AFP