BFM Business

Sapin "l'Etat peut fonctionner mieux avec moins d'argent"

Michel Sapin a estimé qu'il est difficile de tenir une prévision "surtout pour le futur".

Michel Sapin a estimé qu'il est difficile de tenir une prévision "surtout pour le futur". - BFMTV

Le ministre des Finances et des Comptes publics était l'invité de BFMTV-RMC, ce jeudi 2 octobre. Il est évidemment revenu sur le Budget 2015, évoquant la hausse du diesel ou encore le déficit.

Le Budget 2015 a été dévoilé mercredi 1er octobre. Le texte acte notamment une hausse du prix du gazole de deux centimes, des économies sur les dépenses de fonctionnement de l'Etat ou encore un dérapage du déficit.

Autant de sujets sur lesquels le ministre des Finances et des Comptes publics, Michel Sapin est revenu ce jeudi 2 octobre, sur BFMTV-RMC.

#La mise au point

Interrogé sur le dérapage du déficit public, Paris ayant décidé unilatéralement de reporter l'objectif des 3% du PIB au-delà de 2015, Michel Sapin a affirmé que "le délai n'est pas la question fondamentale". Le ministre des Finances a ainsi estimé que "la croissance est trop faible". "Donc la question que je vais poser en Europe c'est comment faire pour que la croissance soit plus forte?".

Il a également jugé "qu"aucun pays n'est en capacité de tenir les objectifs de déficit.

Il a aussi considéré que Pierre Moscovici, qui va devenir commissaire européen aux Affaires économiques "n'aura pas un regard plus bienveillant".

#L'argumentation

Michel Sapin a tenu à justifier la hausse du prix de deux centimes du diesel via la fiscalité. "il manque 800 millions d'euros" pour la construction de routes et de voies ferroviaires nouvelles, a-t-il déclaré. "Rien n'ira dans le budget de l'Etat pour le fonctionnement, tout ira dans les travaux", a-t-il affirmé. Michel Sapin a indiqué posséder "une petite voiture qui roule au gazole". Pour constater ensuite que le prix du diesel est passé de 1,36 euro le litre à 1,29 euro en un an. Ainsi avec deux centimes de plus, "il restera encore une baisse".

#Le projet

Rappelant que les dépenses de l'Etat vont diminuer de 7,7 milliards d'euros dans le Budget 2015, Michel Sapin a assuré qu'"on peut faire fonctionner l'Etat avec moins d'argent". Il a notamment cité la gestion du parc immobilier et informatique. En outre, le ministre a indiqué que les dépenses des ministères vont baisser de 1,8 milliard d'euros. "Ca n'est jamais arrivé, c'est un effort considérable car c'est grâce à ces économies que nous finançons les baisses d'impôts", a-t-il affirmé.

#La promesse

Alors que l'exécutif a dû réviser plusieurs fois ses objectifs de croissance et de déficit, Michel Sapin a affirmé "vouloir dire la vérité aux Français dans la construction du Budget 2015". Ainsi le projet de loi de Finances présente "des comptes sincères".

Interrogé sur les prévisions erronées du gouvernement, Michel Sapin a cité l'adage "toute prévision est difficile à faire surtout quand elle concerne l'avenir" avant d'ajouter: "si quelqu'un est capable de faire une prévision juste, je veux le rencontrer".

J.M.