BFM Business

Retraites: l'équilibre des régimes de base reste "accessible" à l'horizon 2020

Le comité de suivi des retraites est présidé par Yannick Moreau, auteure du rapport éponyme en 2013.

Le comité de suivi des retraites est présidé par Yannick Moreau, auteure du rapport éponyme en 2013. - -

Le Comité de suivi des retraites a rendu, ce mardi 15 juillet, son premier avis. Il a estimé que l'équilibre du système général peut être atteint dans six ans, mais à la condition que la croissance corresponde aux objectifs du programme de stabilité. Ce n'est pas acquis.

C'est une grande première qui ne fera pas de vagues excessives. Ce mardi 15 juillet, le comité de suivi des retraites, créé par la réforme du gouvernement Ayrault de 2013, a rendu son premier avis.

Ainsi le comité présidé par Yannick Moreau, auteure du fameux rapport éponyme sur les retraites livré l'an dernier au gouvernement, juge qu'atteindre l'objectif d'un retour à l'équilibre des régimes de base d'ici à 2020, reste "accessible".

Mais la réalisation de cet objectif reste conditionnée à la bonne tenue de la croissance française. Le comité estime ainsi que "les aléas de la croissance demeurent le principal défi auquel est confronté le système, défi auquel il conviendra d'apporter des réponses".

Pas de recommandations à l'intention du gouvernement

De fait, ils estiment qu'il faudrait, pour réussir à équilibrer les comptes en 2020, que la croissance suive la trajectoire du programme de stabilité, c’est-à-dire 1% pour 2014, 1,7% pour 2015 et 2,25% pour 2016 et 2017. Or ces prévisions ont été jugées "optimistes" par le Haut Conseil aux Finances publiques dans un avis rendu en juin dernier. Et, pour le seul chiffre de 2014, l'Insee table sur un chiffre assez différent, de 0,7%.

Autrement, le comité déclare aussi qu'il "prend acte" de la volonté des partenaires sociaux d'ouvrir de nouvelles négociations sur les régimes complémentaires du secteur privé pour en assurer la pérennité.

Il fait en outre référence au projet de gel des retraites supérieures à 1.200 euros bruts par mois prévu dans le projet de loi rectificatif de financement de la Sécurité sociale pour estimer que, globalement, "la situation et les perspectives du système de retraite ne s'éloignent pas de façon significative des objectifs définis par la loi."

A partir de là, il indique ne formuler aucune recommandation au gouvernement pour l'année à venir, comme il serait habilité à le faire s'il constatait une dérive par rapport à la trajectoire prévue dans la loi qui vise un retour à l'équilibre des régimes de base en 2020.

Julien Marion avec Reuters