BFM Business

Recherche: Hollande renonce à annuler 134 millions d'euros de crédits

François Hollande a tenu à faire un effort pour la recherche

François Hollande a tenu à faire un effort pour la recherche - Alain Jocard - AFP

"Le Président a tenu compte des demandes de cinq Prix Nobel qui lui recommandaient de renoncer aux annulations de crédits sur le budget de la Recherche."

Un nouveau geste de François Hollande. Le président de la République a renoncé aux annulations de crédits de 134 millions d'euros sur le budget de la recherche. C'est ce qu'a annoncé ce lundi 30 mai le prix Nobel de physique Serge Haroche qui venait d'être reçu à l'Élysée avec cinq autres grands scientifiques.

François Hollande "nous a fait part du fait que le gouvernement attachait une grande importance à la recherche (...) et qu'il ne fallait pas donner un signal décourageant", a déclaré Serge Haroche.

Il a dit qu'"il fallait au contraire que l'État se préoccupe du maintien de la recherche à un niveau d'excellence, en particulier dans le cadre de la compétition nationale", a ajouté le scientifique.

Éviter le "suicide industriel et scientifique"

"Nous sommes soulagés et nous sommes satisfaits de voir que nos préoccupations, notre vision de la recherche, semblent partagées par le Président et la ministre de l'Éducation nationale qui assistait à l'entretien", a ajouté Serge Haroche.

François Hollande venait de recevoir cinq prix Nobel français et un lauréat de la Médaille Fields qui avaient exprimé la semaine dernière leur indignation après la décision du gouvernement de procéder à d'importantes annulations de crédits pour la recherche.

Serge Haroche, Françoise Barré-Sinoussi (prix Nobel de médecine), Claude Cohen-Tannoudji (physique), Albert Fert (physique), Jean Jouzel (vice-président du Giec au moment où celui-ci avait reçu le Nobel de la Paix) et Cédric Villani (médaille Fields, la récompense la plus prestigieuse en mathématiques) avaient dénoncé ces coupes budgétaires qui s'apparentaient, selon eux, "à un suicide scientifique et industriel".

J.M. avec AFP