BFM Business

PSA Aulnay : François Hollande ne gèle pas les licenciements

François Hollande a promis à l'intersyndicale de PSA l'ouverture de négociations tripartites sur l'emploi

François Hollande a promis à l'intersyndicale de PSA l'ouverture de négociations tripartites sur l'emploi - -

L'intersyndicale de l'usine Peugeot-Citroën de Seine-Saint-Deniscondamnée à la fermeture était reçue ce 20 septembre à l'Elysée. La rencontre n'a pas donné lieu à un gel des licenciements mais le président de la République s'est engagé à rouvrir des discussions avec la direction de PSA, les partenaires sociaux et des représentants de l'Etat.  Reportage vidéo: Tiffanie Osswalt et Clément Dalmar

Mi-figue mi-raisin à sa sortie de l'Elysée, l'intersyndicale de PSA Aulnay n'a obtenu jeudi de François Hollande aucun engagement sur le gel des 8000 suppressions de postes annoncées par le groupe automobile. 

Le président de la République leur a toutefois promis l’ouverture de négociations tripartites. Réagissant à cette annonce le groupe PSA a de nouveau assuré être "d'accord pour parler de la revitalisation des sites dans le cadre d'une négociation tripartite", mais s'est refusé à tout autre commentaire.

Le délégué CGT Jean-Pierre Mercier a précisé que "les négociations auront lieu site par site", à l'usine d'Aulnay-sous-Bois que PSA entend fermer d'ici à 2014, supprimant quelque 3000 emplois, comme à Rennes où 1400 emplois sont en jeu. La première réunion tripartite devrait avoir lieu avant le 15 octobre, selon l'intersyndicale.

AFP