BFM Business

Pour Gattaz,"la France peut rebondir!"

Le patron des patrons estime que la France doit "se bouger"

Le patron des patrons estime que la France doit "se bouger" - Eric Piermont - AFP

Le président du Medef a, ce lundi 18 août, publié un billet sur son blog dans lequel il réagit à la croissance anémique que connaît la France. Il reste convaincu que le pacte de responsabilité "est la bonne solution" pour repartir de l'avant.

Une fois n'est pas coutume, Pierre Gattaz fait preuve d'optimisme. Le président du Medef a, ce lundi 18 août, publié un billet sur son blog pour réagir à la croissance nulle, l'Insee ayant annoncé le 14 août dernier que le PIB français a stagné lors du deuxième trimestre.

Dans ce poste intitulé "Oui, la France peut rebondir!", le patron des patrons s'étonne des réactions suscitées par ce mauvais indicateur. "On semble découvrir que la France économique est à l’arrêt", écrit-il alors que "le Medef le dit depuis longtemps". "Comme si dire la vérité, même si elle fait mal, était 'désespérant'", déplore-t-il.

La France "doit se bouger"

Pour remédier à cette situation, Pierre Gattaz appelle à donner au pacte de responsabilité le temps de faire ses preuves. "Redisons-le : le Pacte est la bonne solution, la politique de soutien à la compétitivité des entreprises est la bonne solution (…). Sur ce point, le Gouvernement fait ce qu’il faut et va dans la bonne direction. Pour une fois, reconnaissons-le !", affirme-t-il.

Toutefois, le président du Medef estime que le pacte en lui-même ne suffira pas à permettre un rebond de la France. "Ce n’est pas en revenant seulement à la situation de 2007 en termes de poids des charges pesant sur les entreprises qu’on effacera 7 années de crise qui ont laissé exsangues nos entreprises pendant que nos concurrents continuaient à investir. Il faut aller au-delà", considère-t-il.

Pierre Gattaz cite plusieurs leviers tels que "le travail le dimanche", "les seuils (sociaux ndlr)" ou encore "les verrous sectoriels". Il juge par ailleurs que la France "est un grand pays avec des entrepreneurs, des équipes, des salariés, des compétences'" qui "doit arrêter de se plaindre et d’attendre, et se bouger, se prendre en main, réagir".

Julien Marion