BFM Business

Pierre Moscovici : " la qualité de la signature de la France n'est pas entachée par la perte du triple A"

Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac vont récupérer 2,4 milliards d'euros pour financer le collectif

Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac vont récupérer 2,4 milliards d'euros pour financer le collectif - -

Ironie du calendrier, alors que Moody's vient de dégrader la note de la France au risque d'entraîner une remontée des taux d'intérêt payés par l'Etat, la charge de la dette pour 2012 baisse de 2,4 milliards d'euros.

Après Standard and Poor's, Moody's vient de dégrader, ce 20 novembre, la dette de la France, lui faisant perdre son triple A. Cette décision pourrait à terme entraîner une hausse des taux d'intérêt payés par la France alors que ceux-ci sont historiquement bas.

D'ailleurs, le taux d'emprunt à 10 ans de la France débute la journée en légère hausse sur le marché obligataire aprsè l'annonce de Moody's, passant de 2,073% à 2,094%. "Il n'y a aucune raison objective pour que la qualité de notre signature soit entachée", a pourtant estimé, ce matin Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie après la décision de Moody's. Pour le ministre de l'Economie, la dégradation de la France ne remet pas en cause les fondamentaux de l'économie française.

"Cette dégradation sanctionne les errements du passé puisque l'agence cite à deux reprises l'action des gouvernements précédents successsifs", a estimé de son côté un proche du chef de l'Etat cité par l'AFP.

Ironie du calendrier, grâce justement à des taux d'intérêts favorables, la charge de la dette pesant sur le budget est à la baisse. Pour 2012, cette charge sera inférieure de 2,4 milliards d'euros aux prévisions initiales. Ces chiffres ont été présenté dans le collectif budgétaire de fin d'année adopté, mercredi 12 novembre.

En 2013, le montant des intérêts que devra rembourser la France atteindra donc 46,4 milliards d'euros contre 48,8 milliards. Il s'agit du premier poste de dépenses du budget de l'Etat, devant celui de l'Education nationale et les pensions des fonctionnaires.

Conséquence de cette baisse, le déficit 2012 devrait être inférieur aux prévisions. Il se situerait autour de 83,6 milliards hors soutien à la banque Dexia.

Remontée des taux

Pour les années à venir, le gouvernement anticipe cependant une augmentation de cette charge, les taux actuels étant à "un niveau historiquement bas", comme le relève le projet de loi de programmation des finances publiques. Pour 2013, le gouvernement table ainsi sur une charge de 46,9 milliards, de 48,4 milliards en 2014 et 50,8 milliards en 2015.

La dette de l'Etat, elle, atteint aujourd'hui 1 700 milliards d'euros, soit 86% du PIB. Pour chaque Français, cela représente 26 500 euros.

Patrick Coquidé