BFM Business

Pas de nouvelles économies sur les fonctionnaires en 2015, promet Michel Sapin

Il n’y aura pas de nouvelles économies sur la fonction publique, promet Michel Sapin.

Il n’y aura pas de nouvelles économies sur la fonction publique, promet Michel Sapin. - Communauté européenne

Bien que le gouvernement maintienne l’objectif de 8 milliards d’euros d’économies sur les dépenses de l’Etat l’an prochain, Michel Sapin a affirmé ce jeudi qu’il n’y aurait pas de nouvelles économies sur la fonction publique.

8 milliards d’euros sur 340 milliards de dépenses de l’Etat : voilà l’objectif d’économies qui sera inscrit dans le projet de budget 2015 présenté début octobre.

Mais pour l’instant, le gouvernement reste discret sur les moyens de parvenir à cet objectif d’économies. Une chose est acquise cependant : ce n’est pas en taillant dans les effectifs de la fonction publique qu’il y parviendra. Or, les dépenses de personnels (rémunérations plus pensions) représentent 40% du budget. Sur France Info, ce jeudi 11 septembre, Michel Sapin, le ministre des Finances et des Comptes publics, a réaffirmé que le gouvernement ne chercherait pas à réaliser de nouvelles économies sur la fonction publique.

Déjà dans le budget 2014, les baisses nettes d’effectifs annoncés avaient été modestes : 2.144 postes, soit 13.000 créations pour près de 11.000 suppressions.

En 2015, le nombre de suppressions nettes ne devrait atteindre que 1.200 postes sur près de 2 millions de fonctionnaires de l’Etat. Si le gouvernement envisage bien de supprimer plus de 10.000 postes, essentiellement à la Défense et aux Finances, il va dans le même temps en créer un petit millier dans les secteurs prioritaires comme l’éducation ou la sécurité. Manuel Valls a ainsi confirmé la création de 54.000 emplois dans les écoles d’ici à 2017, une promesse électorale de François Hollande.

Les opérateurs de l’Etat mis aussi à contribution

En fait, l’an prochain, les baisses d’effectifs d’agents publics devraient être supérieures aux 1.200 postes. Comme en 2014, le gouvernement va réclamer des efforts sur les effectifs aux 550 opérateurs de l’Etat, c’est-à-dire les organismes publics disposant d’une autonomie de gestion comme les agences ou les établissements publics. Au total, ces opérateurs emploient 435.000 personnes. Et leurs effectifs ont augmenté de 6% de 2007 à 2013.

Là aussi, certains opérateurs "prioritaires" comme Pôle emploi ou les universités devraient pouvoir embaucher, mais les autres vont perdre des postes budgétaires. Entre les créations et les suppressions, le solde pourrait atteindre 2.000 postes en moins. 

Les ministères dont les crédits augmenteront en 2015

> Affaires sociales

> Education nationale

> Intérieur

> Justice

> Logement

Patrick Coquidé