BFM Business

Moody's maintient finalement la note de la France 

L'agence de notation Moody's confirme la note de la France à Aa1, maintient une perspective négative

L'agence de notation Moody's confirme la note de la France à Aa1, maintient une perspective négative - Emmanuel Dunand - AFP

L'agence de notation a finalement confirmé, vendredi 19 septembre, la note de crédit de la France à Aa1, toute en maintenant la perspective négative. Moody's note l'engagement du gouvernement à accélérer le rythme des réformes structurelles.

Finalement, le verdict de Moody's a été plus clément qu'escompté. Vendredi 19 septembre l'agence de notation a maintenu le statu quo sur la note de crédit de la France , maintenant à la fois la note en elle-même (Aa1, soit la plus haute après le triple A) et la perspective négative.

Cette décision est presque surprenante dans la mesure où des rumeurs avaient évoqué une dégradation de cette note, censée renseigner les investisseurs sur la solvabilité d'un émetteur de dette.

Jeudi L'Opinion indiquait que le gouvernement avait été averti par Moody's d'un abaissement d'un cran à Aa2, une information vite démentie par Bercy. Michel Sapin, le ministre des Finances, a ensuite décidé vendredi d'ouvrir une enquête de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) sur ces "fausses allégations".

Au final, Moody's a donc choisi de ne pas sévir. Du moins pour le moment. La perspective négative attachée à la note de la France signifie, en effet que l'agence de notation peut abaisser la note de la France dans un délai de 18 mois maximum.

Pour Michel Sapin qui a réagi samedi par communiqué, "cette décision reflète la cohérence de notre stratégie économique". Le ministre cite notamment la mise en oeuvre du pacte de responsabilité et "la tenue d'objectif d'économies".

Des risques sur les réformes

Dans son communiqué, Moody's explique qu' "en dépit de pressions négatives sur le crédit, le pays conserve des forces significatives, notamment la taille et la santé de son économie ainsi qu'un fardeau de la dette soutenables en dépit d'une érosion continue et graduelle de sa solidité budgétaire".

"La confirmation de la note est aussi soutenue par l'engagement renouvelé du gouvernement à accélérer le rythme des réformes structurelles et à introduire une approche plus consistante dans sa politique économique ainsi que de mettre en oeuvre un programme d'économies budgétaires",souligne également Moody's.

Néanmoins, l'agence de notation indique bien qu'elle voit des "risques significatifs" dans la mise en oeuvre de ce programme de réformes structurelles, "en raison de la force des résistances politiques qu'elle pourrait susciter et les expériences malheureuses pour appliquer de telles réformes dans le passé". Ce sont ces "risques" qui ont conduit l'agence de notation à maintenir la perspective négative.

Moody's ajoute tabler sur une croissance de 0,4% pour la France en 2014 puis 0,9% en 2015, avant une remontée progressive pour atteindre 1,4% d'ici à 2018. Moody's estime que "si la faiblesse de l'environnement économique en zone euro a contribué à la performance décevante de la France", le taux de croissance du pays "a décliné régulièrement". L'agence estime que ce recul "reflète une perte graduelle de compétitivité".

J.M. et V.R. avec AFP