BFM Business

Moody's continue de s'inquiéter pour la France

Moody's salue toutefois l'accord sur l'emploi et le crédit d'impôt compétitivité

Moody's salue toutefois l'accord sur l'emploi et le crédit d'impôt compétitivité - -

Cité par "les Echos", ce lundi 27 mai, l'analyste en chef pour la France Dietmar Hornung explique que l'agence compte maintenir la note de crédit de la France sous perspective négative. Il reconnaît que certaines mesures prises par le gouvernement vont "dans le bon sens".

Les efforts effectués par le gouvernement n'ont pas encore suffi à convaincre Moody's. Cité dans Les Echos de ce lundi 27 mai, l'analyste en chef pour la France de l'agence de notation, Dietmar Hornung, explique que "notre perspective négative reflète nos inquiétudes sur la perte de compétitivité du pays, sur son marché du travail fragmenté, et sa situation budgétaire".

Ce qui signifie que l'agence n'envisage pas pour le moment de revenir sur la perspective négative attachée à la note Aa1 de la France. Une perspective négative signifie qu'une agence de notation envisage de dégrader la note d'un émetteur de dette. Moody's explique plus précisément qu'un pays dans le cas de la France a une chance sur trois de voir sa note de crédit dégradée d'un cran sur un an.

"La France a fait des progrès"

Néanmoins, Dietmar Hornung reconnaît que "la France a fait des progrès", et que des mesures comme le crédit impôt compétitivité ou l'accord entre syndicats et patronat sur le marché du travail, "vont dans le bon sens", même si "leurs effets doivent encore être mesurés".

Par ailleurs, à la question de savoir si le délai de deux ans accordé par la Commission européenne à la France pour ramener son déficit public à 3% du PIB peut lui donner un peu d'air, il répond: "non, c'est plutôt une preuve que la situation est difficile, que le gouvernement fait face à des défis importants."

Moody's a abaissé en novembre dernier la note maximale Aaa attribuée à la France, pour la ramener à l'échelon inférieur, Aa1. Standard & Poor's avait fait de même en janvier 2012. Mais la troisième grande agence de notation, Fitch, a maintenu pour l'instant son AAA. Cette dernière maintient toutefois la note de l'Hexagone sous perspective négative, qui reflète généralement une probabilité importante d'abaissement à venir.

LIRE AUSSI

>> Moody's dégrade la France

J.M. avec Reuters