BFM Business

Les retraites non revalorisées en 2018?

Les retraités ont connu trois années de vaches maigres: 2014 , 2015 & 2016

Les retraités ont connu trois années de vaches maigres: 2014 , 2015 & 2016 - Lou Gabadien - Flickr - CC

2018 serait une année blanche pour les retraites, rapportent les Échos, le gouvernement souhaitant faire des économies mais aussi aligner les dates de revalorisation des pensions et du minimum vieillesse.

Le gouvernement souffle le chaud et le froid sur le sujet des retraites. Alors que l'exécutif devrait revaloriser de 0,8% l'ensemble des pensions de retraites le 1er octobre prochain mettant ainsi fin à trois années de vaches maigres, 2018 devrait être en revanche une "année blanche".

En effet, selon les Échos, le gouvernement aurait décidé de décaler de trois mois la revalorisation des pensions du 1er octobre au 1er janvier 2019. Une décision qui, selon le quotidien économique, serait motivée par la volonté de réaliser des économies budgétaires, avec 380 millions d'euros à la clé.

Un minimum vieillesse augmenté de 100 euros

Mais aussi d'aligner les dates de revalorisation des pensions avec celles du minimum vieillesse. Le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin avait indiqué lundi sur BFMTV-RMC que ce minimum serait augmenté de 100 euros par mois d'ici à la fin du quinquennat avec "une forte hausse les deux premières années".

Ce mercredi, la ministre de la Santé et des Affaires sociales Agnès Buzyn a précisé que ce minimum serait rehaussé de 30 euros en avril 2018, 35 euros en janvier 2019 et 35 euros en janvier 2020. Pour ces deux dernières années, le minimum vieillesse serait donc revalorisé simultanément avec les pensions, ce qui évitera de créer des situations où les retraités devraient attendre quelques mois pour bénéficier de la hausse du minimum vieillesse. 

Reste que l'absence de revalorisation des pensions risque de mal passer auprès d'une population mise à contribution par le gouvernement, avec la hausse de CSG de 1,7 point pour 60% des retraités, sans réelle compensation, comme c'est par exemple le cas pour les salariés. Les syndicats des retraités ont d'ailleurs appelé les pensionnés à battre le pavé le 28 septembre.

J.M.