BFM Business

Les redressements pour travail dissimulé battent un nouveau record

Les Urssaf ciblent mieux leurs contrôles

Les Urssaf ciblent mieux leurs contrôles - Éric Piermont - AFP

Grâce à un ciblage de plus en plus efficace, l'Acoss, l'organisme en charge de collecter les cotisations sociales, a, en 2016, opéré 555 millions d'euros de redressement, soit 20% de plus qu'en 2015 et un nouveau record, rapportent Les Échos.

La lutte contre la fraude sociale est de plus en plus efficace. Preuve en est, d'après les Échos, jamais les redressements pour travail dissimulé n'ont été aussi élevés. En 2016, l'Acoss, l'organisme en charge du recouvrement des cotisations sociales, a ainsi réclamé un total de 555 millions d'euros, un bond de 20% par rapport à 2015, et un nouveau record.

Comme l'explique le quotidien, l'ensemble de ces 555 millions d'euros ne sera pas nécessairement recouvré, en raison des recours juridiques déposés par les entreprises mais aussi des entreprises "éphémères" qui disparaissent pour éviter de payer. Historiquement, le taux de recouvrement s'élève autour de 50%.

Des contrôles davantage ciblés

La majorité de ces redressements (51%) viennent du BTP, secteur où le travail dissimulé est fréquent. Suivent les services administratifs (11%) et l'hôtellerie-restauration (4%), à égalité avec l'industrie.

Si ces redressements ont atteint un niveau record, c'est notamment parce que les Urssaf ont recentré leurs contrôles, qui ont d'ailleurs diminué de 4% par rapport à 2015, pour se focaliser sur les entreprises qui présentent le plus gros potentiel. Si bien que les contrôles passés par les Urssaf sont plus efficaces: 89% d'entre eux donnent lieu à un redressement, soit deux points de plus qu'en 2015.

J.M.