BFM Business

Légère baisse du déficit de l'Etat

Pierre Moscovici, le ministre de l'economie, va-t-il gagner son pari de limiter le déficit budgétaire cette année ?

Pierre Moscovici, le ministre de l'economie, va-t-il gagner son pari de limiter le déficit budgétaire cette année ? - -

Le déficit budgétaire s'est réduit de 4,7 milliards d'euros à fin juillet, selon les chiffres du ministère du Budget publiés ce vendredi 6 septembre. Il s'établit à 80,8 milliards d'euros contre 85,5 milliards d'euros un an plutôt.

Bouffée d'oxygène pour la France. Non seulement, la croissance semble repartir et le pays n'est plus en récession, mais le déficit budgétaire se réduit. Une première depuis le début de l'année.

Ainsi, le déficit s'est réduit de 4,7 milliards d'euros à fin juillet sur un an, a annoncé vendredi 6 septembre le ministère du Budget. A fin juillet, le déficit cumulé de l'Etat depuis le début de l'année s'établit donc à 80,8 milliards d'euros contre 85,5 milliards à fin juillet 2012. A la même date, les recettes fiscales nettes ont augmenté de près de 15 milliards d'euros par rapport à 2012, a précisé Bercy.

Hausse des rentrées fiscales

Cette réduction s'explique notamment par une progression des rentrées fiscales sur sept mois (+9,6%) nettement supérieure à celle des dépenses (+3,5% à périmètre constant). Les recettes globales ont progressé de 8,7%, à 176,4 milliards d'euros, face à des dépenses de 235,5 milliards.

Comme depuis le début de l'année, la hausse des recettes fiscales est tirée par les rentrées d'impôt sur le revenu (+23,8%) et d'impôt sur les sociétés (+18,7%) en raison de l'augmentation de la fiscalité. Mais le niveau des recettes de TVA (+0,3% à 78,4 milliards) est toujours aussi faible du fait de la conjoncture.

Déficit à 4%

Le gouvernement prévoyait dans son budget initial pour 2013 de ramener les déficits publics, dont le solde budgétaire est l'une des trois composantes avec la sécurité sociale et les collectivités locales, à 3% du PIB en fin d'année.

Un objectif auquel il a renoncé avec le feu vert de la Commission européenne en raison de la faiblesse de la croissance. Cet objectif reposait sur un déficit budgétaire ramené à 62,3 milliards d'euros à fin 2013 contre 87,2 milliards en 2012. Le gouvernement a d'abord revu sa prévision de déficit public à 3,7% du PIB cette année sur la base d'une croissance limitée à 0,1%.

Il a ensuite reconnu début juillet que ces hypothèses étaient encore trop optimistes en jugeant "raisonnable" l'estimation de la Cour des comptes d'un déficit public autour de 4% fin 2013.

Diane Lacaze