BFM Business

Le pacte de responsabilité devrait accentuer la baisse du coût du travail

Le coût de la main d'oeuvre en France s'élevait à 33 euros de l'heure en 2012, selon Eurostat.

Le coût de la main d'oeuvre en France s'élevait à 33 euros de l'heure en 2012, selon Eurostat. - -

Les partenaires sociaux se réunissent, ce vendredi 28 février, pour discuter des baisses de charges et des contreparties liées au pacte de responsabilité. Mais selon les données de la Commission européenne, même sans les premiers effets du pacte, le coût du travail baissera en France.

Le coût du travail est trop élevé en France. C'est ce qu'arguent les organisations patronales dont le Medef qui n'a eu de cesse de réclamer des baisses de charge pour rattraper l'écart avec l'Allemagne.

C'est d'ailleurs l'un des buts du pacte de responsabilité de François Hollande dont les partenaires sociaux vont commencer à discuter, ce vendredi 28 février avant de faire part de leurs propositions de mise en oeuvre à Jean-Marc Ayrault qui leur a donné jusqu'à la fin mars pour aboutir.

En tout cas, selon les données d'Eurostat, en 2012, le coût horaire moyen de la main d'œuvre s'élevait à 34,2 euros en France, contre un peu plus de 30 euros en Allemagne. Dans la zone euro, la moyenne était de 27,5 euros.

Une baisse lente

Un chiffre qui montre que l'Hexagone est quelque peu à la traîne. Toutefois, mardi 25 février, la Commission européenne est venue, via ses prévisions économiques, apporter quelques nuances, en publiant ses estimations du coût du salaire unitaire du travail pour chaque pays, c’est-à-dire la masse salariale divisé par le PIB d'un état.

Les statistiques de Bruxelles montrent que la France va connaître une progression modérée de cet indicateur du coût du travail. Après avoir augmenté de 1,5% par an en moyenne sur la période 1994-2009, et de 2,1% en 2012, la Commission a estimé que la hausse a été de 1% en 2013 et sera de 0,7% seulement en 2014 et de 0,4% en 2015.

Une évolution qui place l'Hexagone devant l'Allemagne, dont les coûts devraient augmenter plus fortement (voir graphique). En éliminant l'effet de l'inflation, le coût unitaire du salaire pour la France devrait même baisser, selon les chiffres de la Commission européenne, avec -0,1%, en 2013, -0,6% en 2014 et -0,9% en 2015.

"Ces baisses dans le cas de la France ou de l'Italie sont très lentes par rapport aux voisins immédiats", nuance toutefois pour BFM Business.com Philippe Waechter, chef économiste de Natixis Asset Management, qui fait notamment référence à l'Espagne.

Une inflexion avec le pacte?

Que l'on compte l'inflation ou pas, Madrid a connu une baisse impressionnante du coût du travail en 2012, de près de 3%. Ce chiffre s'explique notamment par la "dévaluation interne" menée par le pays pour regagner de la compétitivité à l'export, en faisant notamment preuve de modération salariale.

Elle n'est pas la seule: pour la Grèce, ce chiffre est tombée à -5,5% la même année. L'Irlande a, pour sa part, connue une baisse similaire en 2011 (-4,6%).

La bonne nouvelle pour la France est que les prévisions de la Commission européenne bruxelloises sont "à politique inchangée", comme le rappelait Pierre Moscovici, mardi. Autrement dit, elle n'inclut pas les effets positifs du pacte de responsabilité. Lorsque plus de détails seront connus sur ce dispositif, "on aura probablement une inflexion", juge Philippe Waechter.

Julien Marion et Joseph Sotinel