BFM Business

Le Drian et Cuvillier assurent que l'écotaxe sera bien appliquée

Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports, assure que le gouvernement réfléchit aux "modalités de financement des infrastructures" de l'écotaxe.

Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports, assure que le gouvernement réfléchit aux "modalités de financement des infrastructures" de l'écotaxe. - -

Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a affirmé, lundi 11 novembre, que le principe de l'écotaxe n'était "pas remis en cause". Même discours chez son homologue des Transports, sans toutefois préciser la date ni les modalités d'application.

Le gouvernement ne lâche pas l'écotaxe. Ce lundi 11 novembre, Frédéric Cuvillier a une nouvelle fois assuré que la mesure controversée serait appliquée, sans pour autant en préciser la date.

"Il n'y a pas d'enterrement de l'écotaxe" a déclaré le ministre des Transports sur RTL, en rappelant la volonté du gouvernement de mettre en place une "modalité de financement des infrastructures (...) intelligente, acceptable et soutenable".

Dans la foulée, Jean-Yves Le Drian s'est lui aussi exprimé sur le sujet, au micro de BFMTV et RMC: "le principe de l'écotaxe n’est pas remis en cause. Il faut trouver la bonne application qui permette à des régions comme la Bretagne de ne pas être pénalisée."

La veille, c'est Pascal Canfin, le ministre délégué au Développement, qui avait affirmé que la taxe sur les poids-lourds était toujours au programme. "Je le dis en tant qu'écologiste et en tant que membre du gouvernement: l'écotaxe sera appliquée", avait-il ainsi affirmé, également sur RTL.

L'écotaxe, "un impôt en moins"

L'écotaxe n'est "pas une taxe supplémentaire, c'est un impôt en moins", a-t-il également déclaré, citant "les milliers d'emplois" dans le BTP qui dépendent de cette taxe destinée à financer la modernisation des infrastructures de transport. Mais aussi "les régions et les départements" qui "plaident pour pouvoir taxer les camions qui traversent la France sans laisser un seul centime pour la modernisation du réseau".

"Il y a des inquiétudes, des détresses sur le territoire, il faut y répondre", a poursuivi le ministre.

Prévue pour être appliquée le 1er janvier, l'écotaxe a été suspendue par le gouvernement. Aucune date n'a été décidée, expliquait ce week-end l'Elysée, démentant la date du 1er juillet comme celle désormais "évoquée".

Y. D.