BFM Business

La prime d'activité sera élargie à 150.000 étudiants et apprentis

Seuls 150.000 étudiants et apprentis parmi ceux qui travaillent en parallèle pourront prétendre à la prime d'activité.

Seuls 150.000 étudiants et apprentis parmi ceux qui travaillent en parallèle pourront prétendre à la prime d'activité. - Pierre Metivier - Flickr - CC

L'élargissement de la prime qui remplacera en 2016 le RSA activité et la prime pour l'emploi aux étudiants et apprentis aura bien lieu, mais de manière très restrictive: seuls 150.000 d'entre eux pourront y prétendre.

"L'une des réformes les plus ratée du quinquennat". Ainsi a été qualifiée la prime d'activité par l'économiste star Thomas Piketty dans Libération du 19 mai. L'auteur du best-seller "Le capitalisme au XXIème siècle" fustige le dispositif qui va remplacer le RSA activité et la prime pour l'emploi parce que, selon lui, ceux pourront en bénéficier ne la réclameront pas. Il lui aurait préféré une baisse des cotisations sociales et de la CSG sur les bas salaires, qui au moins, ne s'appliquerait pas de manière "aléatoire".

Les informations du Parisien de ce jour à propos du public auquel s'adresse cette prime mensuelle de 130 à 230 euros pour les travailleurs les plus modestes apportent encore de l'eau à son moulin. Quelques semaines après la cacophonie gouvernementale à propos de l'éventuelle inclusion des étudiants et apprentis dans le dispositif, le quotidien assure que seuls 150.000 d'entre eux y seront éligibles en 2016. 

Pas question de la généraliser à tous les étudiants qui ont un petit job, et encore moins à tous les jeunes en formation, comme le réclamaient frondeurs et associations. "Seuls 75.000 étudiants, et autant d'apprentis, dont la situation est proche de celle d'un actif et qui travaillent pour payer leurs études, pourront donc en bénéficier", précise la source du Parisien

Les baby-sitters occasionnels pas concernés

Sont concernés les moins de 25 ans, étudiants ou apprentis, qui travaillent en parallèle à temps partiel et dont le salaire excède 0",78% du smic de façon régulière". C'est-à-dire ceux qui touchent un peu moins de 900 euros nets par mois. Et à condition qu'ils ne soient plus rattachés au foyer fiscal de leurs parents. Le barème n'a toutefois pas encore été défini.

En somme, explique le quotidien, "un jeune qui fait quelques heures de baby-sitting par mois", ou "celui qui a un petit boulot à mi-temps" n'y aura pas accès. Il reviendra à la caisse d'allocations familiales, chargée du versement de cette prime, de vérifier chaque trimestre les relevés de salaires des candidats à sa perception.

L'ajout de cet élargissement devrait faire l'objet d'un amendement du gouvernement au projet de loi sur le dialogue social, texte qui contient la mesure de la prime d'activité. Il sera discuté à l'Assemblée nationale entre le 26 et le 29 mai.

Cette prime a pour objectif, selon le gouvernement, de rendre le travail plus lucratif que le chômage pour les actifs les plus modestes. Elle devrait entrait en vigueur début 2016. Elle profiterait aux individus rémunérés un peu moins ou un peu plus que le smic, soit entre 4 et 5 millions de personnes dont 1 million de jeunes actifs majeurs de moins de 25 ans aujourd'hui non éligibles au RSA activité. L'Etat a prévu une enveloppe de 4 milliards d'euros par an pour financer ce coup de pouce. 

N.G.