BFM Business

La note sera bientôt plus salée pour les repentis fiscaux

Les repentis fiscaux verront leurs pénalités être alourdies

Les repentis fiscaux verront leurs pénalités être alourdies - Aisletwentytwo - Flickr - CC

Le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert a indiqué ce mercredi 14 septembre que les pénalités appliquées aux fraudeurs fiscaux régularisant leur situation passeraient de 30 à 35% des montants.

Les "repentis fiscaux" auront de quoi regretter de ne pas avoir régularisé plus tôt leur situation. Les pénalités appliquées par le Service de traitement des déclarations rectificatives (STDR) pour non déclaration à l'administration fiscale d'un compte détenu à l'étranger vont, en effet, être prochainement renforcées. C'est ce qu'a annoncé mercredi le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert.

Le STDR, parfois qualifié de "cellule de dégrisement", a été mis en place en 2013 par le gouvernement. Il permet aux personnes détenant un compte caché à l'étranger de régulariser leur situation, moyennant des pénalités allégées.

6,3 milliards d'euros encaissés en 2015

"Une récente décision du Conseil constitutionnel a annulé l'application d'amendes proportionnelles aux montants des dépôts", a souligné Christian Eckert à la presse, à l'issue d'une réunion du Comité national de lutte contre la fraude (CNLF).

"Nous devons en tirer les conséquences pour éviter tout déséquilibre", a ajouté le secrétaire d'État, en précisant que les pénalités appliquées aux contribuables fraudeurs dits actifs allaient "passer de 30 à 35%", "et celles applicables aux contribuables dits passifs de 15 à 25%, afin de compenser la disparition de l'amende proportionnelle".

Ce nouveau dispositif sera présenté en fin d'année, dans le cadre d'un projet de loi finances rectificative.

Selon des chiffres transmis mercredi par Bercy, le STDR avait enregistré près de 47.000 demandes de régularisation, portant sur 28,8 milliards d'euros d'avoirs. Le montant des droits et pénalités encaissés étaient lui de 6,3 milliards, dont 2,65 milliards d'euros pour 2015.

J.M. avec AFP