BFM Business

La France maintient son attractivité auprès des investisseurs étrangers

Bercy souligne toutefois que le contenu, en termes d'emplois, de ces nouvelles décisions d'investissements continue de baisser

Bercy souligne toutefois que le contenu, en termes d'emplois, de ces nouvelles décisions d'investissements continue de baisser - -

Selon les chiffres communiqués, ce jeudi 7 mars, par Bercy, les nombre de nouveaux investissements étrangers en France a été stable, en 2012. Les États-Unis restent le premier pays à investir dans l’économie française.

Le changement de gouvernement n’a pas eu d’effet sur l’attractivité de la France. En 2012, le nombre d’investissements directs étangers (IDE) à destination de la France est ainsi resté quasi-stable, à 693 contre 698 en 2011.

C’est ce que les ministres de l'Economie et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici et Nicole Bricq, ont annoncé, ce jeudi 7 mars, dans un communiqué commun, citant les chiffres de l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII).

Ils soulignent que ce nombre de 693 IDE est l’un des "trois meilleurs en quinze ans".Les deux ministres se réjouissent également que 2012 ait été "la meilleure année depuis cinq ans pour le nombre de décisions d’investissements en provenance de plusieurs pays".

Les Etats-Unis premier investisseur étranger en France

Parmi eux, les Etats-Unis, dont le nombre de projet d’investissement a augmenté de 5% par rapport à 2011, pour s’élever à 156. Le pays de Barack Obama reste ainsi le premier investisseur étranger en France avec 22% des IDE créateurs d’emplois en France, devant l’Allemagne (16%).

Les IDE en provenance d’Italie, des Pays-Bas, de la Russie, ont également touché leur plus haut en cinq ans.

Un point noir toutefois: "Le contenu en emplois des nouvelles décisions d'investissements continue de baisser de façon tendancielle (26.000 emplois associés en 2012 contre 28.000 en 2011), ce qui s'explique par le ralentissement de l'activité économique et une plus forte intensité technologique des projets", explique Bercy.

"Le gouvernement s'est fixé pour objectif d'atteindre, chaque année, 1.000 décisions d'investissements d'ici 2017, et l'accueil de 300 entreprises non encore implantées sur le territoire", ont par ailleurs affirmé les deux ministres.

J.M.avec AFP