BFM Business

La droite veut supprimer l'ISF mais reste floue sur ce qui le remplacerait

Emmanuel Macron rejoint les 330.000 contribuables assujettis à l'ISF

Emmanuel Macron rejoint les 330.000 contribuables assujettis à l'ISF - Tobias Scwartz-AFP

"La polémique sur l’assujettissement d’Emmanuel Macron à l’ISF replace sous les projecteurs cet impôt que les candidats à la primaire de l’opposition s'engagent à supprimer tout en restant flous sur la façon dont ils compenseront les 5 milliards de recettes qu'il génère."

Emmanuel Macron et sa femme ont donc rejoint, avec un peu de retard, les 330.000 "heureux" contribuables (sur 37 millions de foyers fiscaux) qui acquittent l’impôt sur la fortune. Mais ils ne le paieront peut-être plus l’an prochain puisque, à l’exception de Nathalie Kosciusko-Morizet, les candidats à la primaire de l’opposition annoncent tous qu’ils le supprimeront une fois élu à l’Elysée. Même Alain Juppé, qui l’avait alourdi en 1995, quand il était le Premier ministre de Jacques Chirac.

2 Français sur 3 favorables à l'ISF

Ces leaders de droite prennent tous le risque de braquer une majorité de l’opinion qui est, elle, largement favorable au maintien de l’ISF. Alain Juppé toujours lui, le dit clairement: "Je sais que je prends un risque. Mais je suis prêt à défendre une mesure impopulaire justifiée par la nécessité de relancer l’investissement en France", lâchait-il récemment.

Impopulaire, c’est une évidence: selon un sondage Odoxa d’avril dernier, les deux tiers des Français sont favorables à l’ISF. Même parmi les "CSP+" (la catégorie de la population à laquelle appartient les contribuables qui paient l'ISF), ceux qui souhaitent sa suppression sont clairement minoritaires.

On imagine bien que François Hollande ou un autre candidat socialiste vont surfer sur la vague pendant la campagne présidentielle pour critiquer le projet de suppression de l’ISF de la droite.

Hausse des droits de succession? 

Mais par quoi remplacer cet impôt sur le capital s’il est finalement supprimé l’an prochain? L’ISF rapporte quand même plus de 5 milliards d'euros par an. Les recettes ont même été gonflées ces derniers temps grâce aux fameux repentis fiscaux qui ont rapatrié des avoirs de l’étranger.

Si la droite supprime l’ISF en même temps qu’elle baisse l’impôt sur le revenu et celui sur les sociétés comme elle l'annonce, il faudra bien remplir les caisses de l’Etat en attendant que les économies promises se concrétisent. 

Bruno Le Maire propose d’augmenter en contrepartie les droits de succession pour favoriser la prise de risque. Ce qui, soit-dit en passant, est également la ligne défendue par un certain.... Emmanuel Macron.

Pour l’instant, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy ou François Fillon parlent uniquement de supprimer l’ISF sans le remplacer. Mais qui dit que s’ils étaient élus, ils ne reviendraient pas discrètement sur certains allègements des droits de succession pour les plus fortunés. Cela s’est déjà vu par le passé....

Jusqu'au 15 juin pour déclarer les gros patrimoines

Si vous pensez avoir un patrimoine supérieur à 2,57 millions d’euros d'actifs nets taxables, vous n’avez plus que jusqu'au 15 juin pour le déclarer au fisc et envoyer votre chèque d’ISF. Ce sera peut-être le dernier.... 

Pour les contribuables dont le patrimoine est supérieur à 1,3 million et inférieur à 2,57 millions, la déclaration se fait désormais en même temps que celles des revenus. Le paiement interviendra, lui, en septembre. 

P.C