BFM Business

La croissance française au plus haut depuis 4 ans en 2015

En 2015, la croissance française aura atteint 1,1%, grâce notamment à la reprise de l'investissement des entreprises au dernier trimestre.

La croissance en France aura atteint 1,1% en 2015. C'est ce qui ressort de la dernière évaluation de l'Insee, qui estime à 0,2% la progression du PIB au quatrième trimestre. Ce chiffre, conforme aux dernières prévisions du gouvernement, est le plus haut niveau atteint depuis quatre ans. Il est cependant inférieur à celui de la zone euro (1,5% en 2015) selon l'Insee.

Le ministre des Finances s'est immédiatement félicité de ce chiffre rassurant, ajoutant que la reprise devait "s'amplifier en 2016" pour "permettre d'avoir plus d'emplois". "2015 a été l'année de la reprise", a estimé Michel Sapin, en soulignant que l'activité avait "progressé de 0,2% au dernier trimestre de 2015, malgré les conséquences inévitables des attentats".

Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages, qui contribuent traditionnellement à la solidité de l'activité, ont augmenté de 1,4% en 2015. Les investissements des entreprises, moteur attendu d'une reprise économique durable, ont pour leur part progressé de 2% par rapport à 2014. Les exportations ont quant à elles bondi de 5,9% en 2015, alors que les importations ont augmenté de 6,1%. De fait, "le solde extérieur contribue encore négativement à la croissance en 2015 (-0,2 point) mais moins qu'en 2014 (-0,5 point)", selon l'Insee.

Les investissements des entreprises repartent

Dans les chiffres du quatrième trimestre, on voit assez nettement l'impact des attentats du 13 novembre, à travers notamment la baisse de la consommation et la hausse des stocks des entreprises. Manifestement, les attentats de novembre ont perturbé l'activité économique quotidienne à court terme. Cela a coûté à peu près 0,1 point de croissance, soit à peu près ce qui était prévu.

La très bonne nouvelle néanmoins, c'est que les décisions qui sont -par nature- de moyen terme n'ont pas été impactées par les attentats. L'investissement des entreprises a augmenté de 1,3% sur le seul trimestre. En ramenant ce taux à un rythme annuel, on approche 5% de hausse, soit un taux deux fois supérieur à celui qu'on a effectivement connu sur l'année 2015.

Cette progression reste certes inférieure aux croissances qu'on observait avant la crise quand les entreprises consacraient 7 à 8% de plus chaque année à leurs investissements, mais, dans le contexte actuel, elle constitue une nouvelle très encourageante. Si elle se confirme, cette confiance que les dirigeants d'entreprise manifestent ainsi dans l'avenir devrait en effet permettre à l'économie française et à l'emploi de redécoller avec une croissance supérieure à 1,5%.

L'inflation recule en janvier

Les prix à la consommation ont diminué de 1,0% en janvier en France sous l'impact des soldes d'hiver et d'un nouveau recul des prix des produits pétroliers, selon une première estimation publiée vendredi par l'Insee. Sur un an, ils affichent une hausse de 0,2%, un rythme analogue à celui de décembre. L'indice des prix harmonisé IPCH, qui permet des comparaisons avec les autres pays de la zone euro, a également baissé de 1,0% sur le mois de janvier mais progresse de 0,4% sur un an, après +0,3% sur les douze mois à fin décembre. L'Insee publie pour la première fois dès la fin du mois une estimation de l'inflation sur les trente derniers jours. L'indice définitif pour janvier, le seul valable pour les indexations de contrats privés, rentes viagères, pensions alimentaires ou l'évolution du Smic, sera diffusé le 18 février.

Emmanuel Lechypre, N.G. et AFP