BFM Business

La croissance devrait accélérer en 2016

-

- - -

Le PIB français va progresser de 1,6% cette année, selon l’Insee. À moins qu’un éventuel Brexit ne change la donne.

Une reprise qui s'"auto-entretient", malgré un contexte social agité: l'Insee a prédit jeudi une accélération de la croissance et un recul du chômage en 2016 en France.

Après avoir augmenté de 1,2% en 2015, le produit intérieur brut (PIB) devrait progresser de 1,6% en 2016, estime dans sa nouvelle note de conjoncture l'Institut national de la statistique et des études économiques.

L'Insee a néanmoins revu à la baisse sa prévision pour le deuxième trimestre, à +0,3% contre +0,4% anticipés jusqu'à présent, soulignant que la production manufacturière devrait être "plus atone que prévu", "en raison notamment des mouvements sociaux affectant les raffineries".

Ce résultat ne devrait toutefois pas empêcher la reprise économique de se poursuivre, après un premier trimestre particulièrement tonique, avec une hausse du PIB de 0,6%.

Incertitude liée au Royaume-Uni

La croissance devrait ainsi s'établir à +0,3% au troisième trimestre, puis à +0,4% au quatrième, selon l'institut statistique. Avec de tels chiffres, le taux de chômage devrait baisser de 0,4 point d'ici à fin 2016, pour s'établir à 9,5% de la population active en métropole et 9,8% en incluant l'Outre-mer, marquant un recul inédit depuis 2007.

Les prévisions de l'Insee sont toutefois sujettes à de forts aléas, notamment le saut dans l'inconnu que représenterait une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE). Un scénario loin d'être invraisemblable, au vu des derniers sondages publiés par la presse britannique.

"Une victoire du Brexit conduirait à un surcroît d'incertitudes quant au partenariat commercial entre l'UE et le Royaume-Uni d'une part, quant à l'unité européenne d'autre part, générant de l'attentisme chez les investisseurs européens", souligne Dorian Roucher, chef de la division "synthèse conjoncturelle" de l'Insee.