BFM Business

L'OCDE prévoit plus de croissance en France

L'OCDE a aligné ses prévisions de croissance 2015 et 2016 sur celle de la France, plus optimistes.

L'OCDE a aligné ses prévisions de croissance 2015 et 2016 sur celle de la France, plus optimistes. - Reuters-Dado Ruvic

L'Organisation de coopération et de développement économiques, jusqu'ici plus pessimiste que Paris quant à la croissance française à venir, a aligné ses prévisions sur celles du gouvernement.

François Hollande n'est pas seul à percevoir la reprise en France. L'OCDE a revu en hausse ses prévisions de croissance pour l'Hexagone, ce mercredi, confortant les espoirs gouvernementaux d'une économie légèrement plus tonique que prévu.

Les économistes de l'OCDE tablent dans leur rapport intermédiaire sur l'économie mondiale sur une croissance française de 1,1% en 2015 et 1,7% en 2016, soit respectivement 0,3 point et 0,2 point de mieux que dans leurs estimations de novembre dernier.

L'Organisation de coopération et de développement économiques se retrouve sur la même ligne que le gouvernement. La prévision officielle de la France pour 2015, celle sur laquelle repose le budget, est de 1% de croissance. Mais plusieurs ministres ont déjà espéré à voix haute que ce chiffre se révèle trop prudent.

La France bénéficie de la dynamique européenne

Ils ont été rejoints sur ce point par certains prévisionnistes qui estiment qu'en 2016 et 2017, des estimations de croissance en-dessous de 2% seraient pessimistes

L'économie française suit peu ou prou la même dynamique que l'ensemble de la zone euro, qui bénéficie des largesses monétaires de la Banque centrale européenne et de son programme de rachat de dette d'Etat. Une action que l'OCDE qualifie d'"audacieuse", et qui s'ajoute aux effets positifs de la baisse du taux de change de l'euro, ainsi qu'à la décrue des prix du pétrole.

Pour la zone euro, l'OCDE prévoit une croissance de 1,4% cette année (+0,3 point par rapport à novembre) et de 2% l'an prochain (+0,3 point). L'Allemagne voit ses prévisions de croissance relevées encore plus nettement par l'OCDE que celles de la France à 1,7% cette année (+0,6 point) et 2,2% en 2016 (+0,4 point), confortant son rôle de locomotive de la zone euro.

Craintes d'une nouvelle crise

Dans l'ensemble, l'OCDE prévient que l'économie mondiale est sur la voie d'une accélération seulement "modeste", et que des "nuages de tempête" pourraient surgir. "L'environnement économique actuel est très inhabituel, avec des taux d'inflation négatifs dans de nombreux pays et des taux d'intérêt nominaux à des plus bas historiques à travers le monde. Jusqu'à un certain point, ces deux phénomènes sont les bienvenus", mais dans le même temps, "ils sont la source de préoccupations grandissantes" pour l'OCDE.

L'organisation estime que les dangers liés à la très faible inflation "grandissent". Si les prix ne se reprennent pas, en particulier en Europe, l'économie risque d'être paralysée par la "déflation", c'est-à-dire une phase prolongée de baisse des prix et salaires.

Par ailleurs, en ce qui concerne les taux d'intérêt, "l'ampleur de la baisse allume un signal d'alarme", selon l'OCDE qui craint un aveuglement des marchés, éblouis par les liquidités énormes qui affluent vers eux. "Une mauvaise estimation du risque a été au coeur de la précédente crise financière (de 2008) et il semble bien que ce phénomène ressurgisse aujourd'hui", s'inquiète l'OCDE.

N.G. avec AFP