BFM Business

L'Etat a supprimé près de 5.000 postes de fonctionnaires l'an passé

Le nombre de fonctionnaires a aussi baissé car certains postes d'enseignants ne sont pas pourvus

Le nombre de fonctionnaires a aussi baissé car certains postes d'enseignants ne sont pas pourvus - Fred Dufour - AFP

L'exécutif a supprimé l'an passé 4.884 postes, indique le Figaro qui cite des donnés inclues dans le débat d'orientation des finances publiques. Ce qui porte à plus de 20.000 la réduction d'effectifs sur deux ans.

L'exécutif a encore réduit un peu plus la taille de l'appareil étatique. L'an passé, le gouvernement a ainsi supprimé un peu moins de 4.900 postes de fonctionnaires, indique le Figaro ce jeudi 2 juillet, citant des données contenues dans le débat d'orientation des finances publiques, document envoyé aux parlementaires en vue de préparer l'examen du projet de loi de Finances 2016.

La réduction atteint plus précisément 4.884 ETP (équivalent temps plein), soit bien moins qu'en 2013 où le chiffre était de 17.201 postes en moins. Soit 22.805 ETP supprimés en deux ans.

Le Figaro précise que ce recul s'explique par une "sous-exécution" de près de 49.000 postes par rapport aux lois de finances initiales. En 2013, la Cour des comptes avait d'ailleurs indiqué que les réductions d'effectif sur la fonction publique d'Etat avait été plus forte que prévue. 2.200 postes devaient être supprimés, contre 7.172 au final.

Postes non pourvus

Les Sages de la rue Cambon expliquaient notamment que le nombre d'emplois qui devaient être crées dans l'Enseignement scolaire (8.781) n'avait pas été tenu, en raison notamment de postes de professeurs non pourvus, en mathématiques par exemple.

Pour rappel, l'Etat s'était engagé à préserver trois missions: l'Education nationale, la Justice et la Police. La Culture est venue s'ajouter à la liste à l'été 2014, pour calmer la gronde des intermittents du spectacle.

Par ailleurs, le Figaro explique que cette diminution d'effectif ne s'est pas accompagnée d'une politique de modération salariale, ce qui a au final conduit la masse salariale à repartir légèrement à la hausse.

J.M.