BFM Business

ISF, pacte de responsabilité: les Français ne soutiennent pas Gattaz

Les propositions de Pierre Gattaz font l'objet d'une large désapprobation des Français.

Les propositions de Pierre Gattaz font l'objet d'une large désapprobation des Français. - Eric Piermont - AFP

La suppression de l'Impôt de solidarité sur la fortune, réclamée par Pierre Gattaz, ne suscite pas l'adhésion des Français. Une large majorité juge également que le président du Medef ne respecte pas les engagements du Pacte de responsabilité.

Les diverses propositions de Pierre Gattaz ne suscitent pas l'adhésion des Français. Ainsi, la suppression de l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF), réclamée par le président du Medef, est rejetée par 68% d'entre eux, selon un sondage Odoxa pour i-Télé. La tendance est d'ailleurs la même parmi les bénéficiaires de hauts revenus (54% contre une suppression) et les sympathisants de droite (56% hostiles à une disparition de l'ISF).

Le dirigeant de l'organisation patronale réclame régulièrement la suppression de cet impôt touchant les revenus les plus élevés, y voyant un frein à l'investissement en France. Il n'a d'ailleurs pas manqué de le rappeler lundi 17 november, à l'occasion de la Conférence annuelle des entrepreneurs, organisée au ministère de l'Economie et des Finances à Paris.

Emmanuel Macron, le patron de Bercy, avait alors réagi en évoquant une "provocation".

81% des Français pensent que Gattaz ne respecte pas ses engagements

Autre point sur lequel Pierre Gattaz semble être en délicatesse avec l'opinion publique: le pacte de responsabilité. 81% des Français jugent ainsi que le "patron des patrons" ne respecte pas les engagements de ce projet, qui doit voir les entreprises investir et embaucher en échange de baisses de charges. Ni les sympathisants de droite (73% jugent que Pierre Gattaz ne respecte pas ses engagements), ni les chefs d'entreprises et les indépendants (63% dans cette catégorie) ne sont plus indulgents, à en croire cette enquête.

Le Pacte de responsabilité et de solidarité, plan économique phare du président François Hollande, prévoit un coup de pouce de 40 milliards d'euros aux entreprises sous la forme de baisses d'impôts et de charges. En contrepartie de ce dispositif, les entreprises sont censées investir et embaucher.

Le sondage d'Odoxa a été réalisé auprès d'un échantillon représentatif de 1.012 personnes les 20 et 21 novembre, selon la méthode des quotas.

Y.D. avec AFP