BFM Business

"Il faut supprimer la taxe d'habitation" insiste Gilles Le Gendre

Gilles le Gendre estimes que la suppression de la taxe d'habitation est désormais acquise.

Gilles le Gendre estimes que la suppression de la taxe d'habitation est désormais acquise. - Martin Bureau - AFP

Le vice-président du groupe REM à l'Assemblée nationale a insisté ce mercredi sur le fait qu'à terme, la suppression de la taxe d'habitation, ne concernerait pas 80% des contribuables mais la totalité.

Comme il l'avait déjà laissé entendre sur BFM Business lundi, le député REM de Paris Gilles Le Gendre a redit ce mercredi que la taxe d'habitation serait "supprimée", même si "les modalités de sa suppression donnent lieu à un débat avec les collectivités locales".

Le président de la République "a très bien fixé les enjeux" lors de son intervention lundi devant la Conférence nationale des territoires réunie au Sénat, a déclaré Gilles Le Gendre sur RTL.

"C'est un impôt injuste, économiquement pervers et donc il faut le supprimer", a-t-il détaillé.

"Un débat" avec les collectivités locales

"Les modalités de sa suppression donnent lieu à un débat avec les collectivités locales et principalement les communes", a-t-il poursuivi. "Est-ce que on le remplace par un autre impôt?", "est-ce qu'on le compense par une dotation d'État? Le dossier est ouvert. Mais pour les Français, ça ne changera rien: la taxe d'habitation sera supprimée".

Emmanuel Macron a annoncé lundi son intention d'ouvrir une "réflexion profonde" sur la "refonte de la fiscalité locale" pour envisager les mesures de "substitution" de la taxe d'habitation qu'il entend supprimer progressivement pour 80% des ménages en trois ans. Le chef de l'État a également estimé qu'il fallait aller plus loin "parce qu'un impôt qui serait payé par 20% de la population" ne serait pas "un bon impôt".

Y.D. avec AFP